Quelles activités mener pour exploiter une bande dessinée ?

Cet article présente les dispositifs élaborés par deux étudiantes qui sont actuellement en dernière année de leur formation : Caroline Penasse et Manon Putters. Il s’agit d’activités de lecture et d’écriture élaborées à partir de la bande dessinée « Bjorn le Morphir. Naissance d’un morphir. » de Thomas Lavachery et de Thomas Gilbert.


Bjorn le Morphir. Naissance d’un morphir. est le premier tome de bandes dessinées adaptées de la série de romans palpitants qui mettent en scène un héros nordique, Bjorn. D'après le Ligueur, elle a marqué, à juste titre, plusieurs générations de lecteurs. Les romans sont destinés aux adolescents de 11 à 13 ans et les BD qui en sont une adaptation aux jeunes de 8 à 11 ans, selon l'École des loisirs1.  

                                                                   



  INTRODUCTION                                                                                                                               

Plusieurs questions ont été posées à Caroline et à Manon à propos du dispositif qu'elles ont conçu à partir de cette bande dessinée. 

  • Pourquoi avez-vous choisi d’exploiter la BD Bjorn le Morphir. Naissance d’un morphir de Thomas Lavachery et de Thomas Gilbert ? Pensez-vous qu’elle peut susciter l’intérêt des adolescents à l’heure actuelle, en particulier après les confinements ?  

Manon : Je me suis tout d’abord tournée vers cette bande dessinée pour une raison personnelle : je ne lis jamais de BD. Je suis plutôt une fan de romans. J’ai voulu quelque peu sortir de ma zone de confort habituelle. Ensuite, je me suis rendu compte que ni l’école secondaire ni les cours à Sainte-Croix (à l’exception de celui de didactique du premier bloc) ne m’avaient proposé auparavant de lire des BD. Pourtant, l’exploitation de Bjorn le Morphir m’a permis de prendre conscience du fait que la bande dessinée est un support très intéressant pour les jeunes : elle se lit rapidement, limite les phrases à l’essentiel, est fortement axée sur les images, etc. Bref, elle a de nombreux atouts pour donner gout à la lecture au plus grand nombre (faibles lecteurs comme lecteurs aguerris). Par ailleurs, le contenu de cette BD a tout pour séduire les adolescents : une histoire fantasy inspirée de légendes vikings, des personnages surnaturels et effrayants, un adolescent en quête d’identité et des rebondissements ! De plus, les personnages principaux expérimentent le confinement comme nous l’avons vécu. Pendant celui-ci, ils tournent en rond, ont le moral en baisse, s’embrouillent et se bagarrent. Tout jeune lecteur pourrait s’y retrouver !

Caroline : J’ai choisi d’exploiter cette bande dessinée au lieu de l’un des romans proposés, car je pense que son dynamisme, ses illustrations et ses couleurs attisent plus la curiosité des adolescents que les longs textes en noir et blanc des romans. C’est pour cela que, selon moi, la bande dessinée est un support intéressant pour réconcilier un certain nombre de jeunes avec la lecture.


--> La BD Bjorn le Morphir peut effectivement susciter l’intérêt des adolescents après cette période de confinement, car elle ouvre l’accès à un autre monde. Elle permet aux jeunes de s’identifier à Bjorn, le personnage principal. Ils peuvent ainsi vivre des aventures exaltantes à travers les yeux du jeune garçon : un affrontement avec un guerrier démoniaque envoyé par une neige maléfique, une idylle avec une belle jeune fille, des dragons, un combat contre un prince, l’attachement à un animal,… de quoi faire rêver les adolescents après cette période difficile.

La version provisoire du Référentiel de français et langues anciennes (FRALA)2 indique à propos de l’élève en première ou en deuxième année de l’enseignement secondaire que « son identité de lecteur se précise et l’amène à s’engager par plaisir dans des lectures extrascolaires qui alimentent ses centres d’intérêt ».

Voir l'article suivant pour plus d'informations : https://dupala.be/article.php?...
Cette bande dessinée adaptée du roman de Thomas Lavachery présente de nombreux thèmes qui peuvent susciter l’intérêt des adolescents.


  • Pouvez-vous présenter le scénario didactique des activités de lecture et d’écriture que vous avez conçues, en ce compris leur contextualisation ?   

L’activité de lecture conçue par Manon met en œuvre les phases de l’enseignement explicite (modelage, pratique guidée, puis autonome) qui sont présentées dans un article de notre revue rédigé par Aurélie Cintori et intitulé L’enseignement explicite : un haut-parleur sur sa pensée.

Voir l'article suivant pour plus d'informations : https://dupala.be/article.php?... 
Quant à l'atelier d’écriture, il inclut également différentes phases (celles de motivation, de production, de communication et de réaction) qui sont décrites par Claire Boniface dans son ouvrage intitulé Les ateliers d’écriture.



Activité de lecture conçue par Manon

L’activité que j’ai imaginée s’adresse à un public d’élèves de deuxième année de l’enseignement secondaire. Elle a lieu après avoir lu l’entièreté de la BD. Au terme de l’activité, les élèves sont amenés à rédiger un contenu cohérent dans des phylactères vidés de la bande dessinée Bjorn le Morphir.



1) Résumer l’intrigue

Les grands moments de l’histoire sont résumés oralement.

2) Présenter les consignes de l’activité de lecture

Les objectifs de l’activité sont présentés et la progression du dispositif est expliquée aux élèves : la rédaction du contenu des différents phylactères vidés sera d’abord réalisée collectivement, puis par groupes de deux et finalement de manière individuelle.

3) Modelage 

Grâce à des questions précises posées par le professeur, l’ensemble de la classe lit la page du phylactère effacé afin de comprendre le contexte général. Elle relève le vocabulaire incompris et tente de le comprendre grâce aux images, aux phrases précédentes et suivantes. Elle analyse ensuite les phrases et les images qui précèdent et qui suivent le phylactère vide pour en comprendre l’explicite et l’implicite (inférences) et fait appel aux connaissances de la classe sur le monde pour trouver les solutions les plus cohérentes. Elle relit l’entièreté de la page avec les propositions des élèves et choisit la plus cohérente.
Ces questions d’étayage permettent aux élèves d’avoir accès aux réflexions du professeur et les aident à pouvoir reproduire les étapes lorsqu’ils sont seuls.

4) Pratique dirigée ou guidée

Pour une autre planche de la bande dessinée, les élèves sont invités à reproduire les étapes réalisées précédemment, mais cette fois, par groupes de deux. Cela permet de vérifier que la démarche en différentes étapes a été comprise.

5) Pratique autonome ou indépendante

Finalement, les élèves réalisent seuls la même activité avec une planche différente. Ils réinvestissent ici ce qui a été appris et exercé avec leur binôme. Les différentes propositions de contenu de phylactères sont corrigées avec toute la classe. Chacun est invité à justifier ses propositions en se référant au contenu de la BD.

 



Atelier d’écriture élaboré par Manon

L’activité que j’ai imaginée s’adresse également à un public d’élèves de deuxième année de l’enseignement secondaire. Elle a lieu après avoir lu l’entièreté de la BD. Son objectif est de développer l’appétence pour l’écriture. Au terme de l’activité, les élèves sont amenés à écrire et à dessiner la suite du premier tome de la bande dessinée en représentant une bataille entre le héros Bjorn et un monstre qu’ils ont imaginé.

1) Phase de motivation

Le but, le résultat final et les grandes étapes de l’activité sont expliqués aux élèves qui sont invités à constituer des binômes par affinité, puis à former des groupes de quatre apprenants. Les élèves sont ensuite répartis par ilots de bancs.

2) Phase de production

Par groupe, les élèves complètent une « carte d’identité » de Bjorn, le héros de la bande dessinée, et celle d’un monstre qu’ils imaginent (voir le document ci-dessous).

Ils se servent ainsi d’une démarche décrite par Thomas Lavachery, auteur rencontré en mai 2021 : les fiches de personnages qu’il décrit dans la plaquette d’accompagnement de l’exposition Thomas Lavachery, la cuisine d’un auteur. Cette exposition peut être empruntée gratuitement par les écoles notamment (informations disponibles sur : www.litteraturedejeunesse.be)


Ils se séparent ensuite en binôme et planifient à deux une bataille qui a lieu entre leur monstre et Bjorn. Dans le cadre de cette composante de la production d’écrits, ils utilisent une fiche de planification (mindmap incluant les réponses aux questions : qui, quoi, où, quand, pourquoi et comment), les « fiches-personnages » (voir l'annexe ci-dessous) et la fin de la bande dessinée (les deux dernières pages : celle qui se situe à la fin de la BD est consultable ci-dessous). Quand cette tâche est terminée, les élèves reçoivent une planche de BD vierge incluant sept cases. Ils doivent l’observer et réfléchir à l’organisation de leur combat sur celle-ci. Puis, ils doivent réaliser les dessins (sans aucun texte à ce stade) représentant cette confrontation sur la planche vierge en laissant libre cours à leurs talents artistiques et/ou en se servant des images des personnages fournies. Ils réalisent cette étape de manière individuelle. Pour ce faire, ils s’aident de toute la planification qui a eu lieu auparavant en binôme. Les « fiches-personnages » peuvent également les aider à réaliser les dessins, s’ils les décalquent sur la feuille. Une fois ces derniers achevés, les binômes s’échangent leur feuille et procèdent à une relecture de la planche de leur partenaire sur base des consignes fournies pour réaliser l’activité et des documents élaborés lors de la planification (la mindmap notamment).


Les élèves passent alors à la rédaction du texte de leur planche. À nouveau en autonomie, ils écrivent le brouillon du contenu de six phylactères et d’un cartouche. Tous les élèves donnent leur brouillon à leur voisin qui se charge de le relire et de le réécrire. Une fiche guide la vérification selon six critères d’observation : l’orthographe, le vocabulaire, la grammaire, la conjugaison, la ponctuation et la cohérence entre le texte et les images. Les élèves améliorent et corrigent les phrases à intégrer dans les phylactères et dans le cartouche en se servant des démarches de réécriture que sont la suppression, l’ajout, le remplacement ou le déplacement de lettres, de mots, de phrases ou de segments de phrases.  
Chacun peut alors reprendre son brouillon et le mettre au net sur des phylactères et des cartouches à découper et à coller sur leur planche où sont déjà représentés les dessins de la bataille.
La production est à présent achevée.

3) Phases de communication et de réaction

Les élèves reforment les groupes de quatre du début de l’atelier pour se présenter entre eux leur planche de BD personnelle. Ils pointent les réussites et les points d’effort pour chaque production. Un prix est décerné à chaque réalisation : le prix de la planche la plus drôle, la plus inattendue, la mieux dessinée et celle avec les plus belles paroles. Chaque travail est ainsi valorisé.

 



Activités de lecture conçue par Caroline : « Mon aventure avec Bjorn ! »

Il s’agit d’un travail sur le déficit de maitrise des processus de compréhension et des stratégies de lecture élaboré de manière à ce qu'il soit ludique en plongeant littéralement les élèves dans l’univers de Bjorn le Morphir. 
La BD est lue par les élèves une première fois avant le début du dispositif. 

1) Rappel oral de l’univers de la BD

Il est réalisé à l’aide d’une image comportant tous les personnages (page 4 de celle-ci) sur base de la consigne principale suivante : « Choisissez un personnage de l’illustration et expliquez son rôle dans l’histoire. » Elle pourra être précisée par des sous-questions sur les relations entre chacun, par exemple. 


2) Explication de l’activité et distribution d’un carnet de lecture

Lecture à voix haute du début de l’aventure à vivre avec Bjorn (les extraits du carnet où celle-ci est présentée aux élèves sont identifiés par des caractères italiques). Il s’agit en résumé d’approfondir sa compréhension du premier tome de la BD mettant en scène ce personnage afin de pouvoir imaginer la suite de celui-ci.


Début de l'aventure : Ton vœu le plus cher est exaucé. Tu vas rejoindre l’univers de Bjorn et visiter le Fizzland ! Tu es projeté dans la BD avec trois de tes camarades. Vous atterrissez en plein milieu de la vallée verdoyante appelée Renga, pendant l’été. Zut, il n’y a plus personne devant la maison de Ghizur, le Morphir est déjà parti. Si vous voulez le retrouver, découvrez où le roi l’a envoyé en mission. Votre seule arme, la BD. L’auteur a dû y laisser au moins un indice sur ce lieu mystérieux, une case peut-être…

3) Première étape de l'activité de lecture

Par groupe de quatre, les élèves doivent trouver le lieu où le roi a envoyé le Morphir en mission à l’aide d’indices du texte. Chaque groupe possède un exemplaire de la BD.

4) Deuxième étape 

Les élèves réfléchissent à leurs démarches, les explicitent et réalisent une fiche-outil sur celles-ci.

Lecture de la suite de l’aventure : Grâce aux indices trouvés dans la BD, toi et tes amis parvenez à retrouver Bjorn et sa bande sur le chemin menant aux enfers. Le Morphir vous demande alors de lui expliquer la manière dont vous l’avez trouvé.

Un exemple de production attendue (fiche explicitant les démarches employées) serait le suivant :                                                                       a) Survoler la bande dessinée (lecture sélective).                                                                                                                                     b) Repérer des passages qui évoquent la suite des aventures du héros (ceux-ci peuvent être des anticipations, des évocations du futur ou des allusions à la suite du premier tome : par  exemple, la case 6 de la page 66 évoque les épreuves qui attendent Bjorn dans le futur).


 c) Observer et analyser ces passages en réalisant des inférences et en utilisant nos connaissances personnelles sur le monde.
 d) Rassembler, par écrit, un maximum d’indices pour appuyer nos hypothèses sur la suite de la BD. Par exemple, grâce aux observations de la case identifiée ci-dessus et au bagage culturel des élèves, il est possible d’en déduire que le lieu où Bjorn doit se rendre à la demande du roi pourrait être l’enfer. Cette hypothèse peut être confirmée en lisant les informations fournies à la fin de la BD sur la suite de la saga et consultables ci-dessous.


5) Troisième étape de l'activité de lecture

En binôme, les élèves cherchent des indices dans le texte qui vont leur permettre de dessiner une version de Daphnir (le dragon de Bjorn) adulte.
Lecture de la suite de l’aventure : Vous vivez ensemble de belles aventures, mais toi et tes compagnons avez un mauvais pressentiment : vous allez bientôt retourner dans le monde réel. Avant de vous quitter devant la porte des enfers, vous décidez de faire un petit cadeau d’adieu à Bjorn sous la forme d’un dessin de son dragon tel qu’il sera plus tard.  Différentes cases pourront être exploitées par les élèves pour justifier leur vision du dragon quand il aura grandi : ci-dessous, un exemple. 


6) Quatrième étape de l'activité 

Chaque élève écrit une lettre à Thomas Lavachery avec des suggestions pour la suite des aventures de Bjorn dans les tomes suivants de la BD.
Lecture de la fin de l’aventure : Bjorn vous fait quelques suggestions narratives pour améliorer la suite de ses aventures tout en étant cohérentes avec le premier tome. Vous lui faites tous la promesse d’envoyer celles-ci à l’auteur dès votre retour. Un portail apparait devant vous pour vous ramener dans votre monde. Vous partez, saluant votre ami pour la dernière fois…

Atelier d’écriture élaboré par Caroline : « Deux Vikings, deux dragons, une aventure ! »

1) Présentation de l’atelier aux élèves

  • Distribution du carnet d’activités aux élèves.
  • En résumé, les élèves racontent, en binôme et sous la forme d'une planche, une aventure vécue avec un de leurs amis dans le jeu présenté ci-dessous.
    Lecture du contexte à voix haute : À vos manettes ! Bjorn le Morphir a été adapté en jeu vidéo sur PS4 et ses graphismes s’inspirent de la bande dessinée. Dans ce jeu de type MMORPG (jeu de rôle en ligne), vous pouvez créer votre propre guerrier viking et son dragon. Le héros viking, c’est vous !


2) Projection d’extraits de la BD

Des exemples sont consultables ci-dessous. 

Le but est que les élèves rassemblent un maximum d’informations sur les Vikings et les dragons. Les questions auxquelles les élèves doivent répondre sont les suivantes : quelle apparence ont les guerriers ? Quels types de vêtements portent-ils ? Quelles armes utilisent-ils ? Quelles sont les caractéristiques physiques des dragons ? Sont-ils de la même espèce ? 

Cette étape s'inspire des recherches préalables à l'écriture décrites par Thomas Lavachery lorsqu'il est venu à notre rencontre en mai 2021 et explicitées dans la plaquette Thomas Lavachery, la cuisine d'un auteur. 



3) Création des personnages 

  • Formation de groupes de quatre.
  • En s'aidant des observations précédentes, les élèves doivent créer leur héros à l’aide d’une « fiche-personnage » : dessin du guerrier à gauche et description de celui-ci à droite.
  • Ils illustrent leur dragon et notent aussi ses caractéristiques.
  • Ils doivent choisir une arme pour le guerrier parmi celles observées précédemment et une espèce de dragon parmi celles décrites dans la BD.
  • Ils se choisissent un partenaire avec lequel ils formeront un binôme. Ensemble, ils trouvent un titre à leur histoire et la racontent sous forme de schéma, de plan ou de résumé.


4) Rédaction 

Ils réalisent en binôme le scénario, le storyboard et le crayonné. Les codes de la BD ont été abordés avec eux avant l'atelier. 

5) Relecture et réécriture du texte

  • Les élèves relisent leur planche de BD. Ils vérifient qu’ils respectent les codes du genre et que leur aventure est cohérente avec l’univers de Bjorn le Morphir.
  • Ils apportent les modifications nécessaires à leur texte en utilisant les démarches de réécriture suivantes : remplacer, ajouter, supprimer et déplacer.

6) Mise au propre et finalisation du texte  

L'atelier se termine par l'encrage et la mise en couleur de la planche.

7) Socialisation des planches de BD

  • Les élèves présentent leur planche devant la classe. Pour chaque présentation, les élèves spectateurs notent les points positifs de la planche et ceux qui sont améliorables sur une feuille annexe. Un feedback est également donné par le professeur.
  • Les élèves procèdent au vote : ils écrivent le titre de leur histoire préférée sur un bout de papier, puis les voix sont comptées. On annonce l’équipe gagnante qui recevra deux dessins (celui du héros viking et de son dragon qui ont été imaginés et décrits par ce groupe) réalisés par l’enseignante.
  • Rappel de la deuxième socialisation : toutes les planches seront affichées lors de la journée « portes ouvertes » de l'école.

8) Avis des élèves

Il est sollicité afin de connaitre ce qui a pu déclencher, faciliter l’écriture ou, au contraire, la bloquer, ce qu’ils ont apprécié ou non lors de l’atelier et ce qu’ils ont appris lors de celui-ci.




CONCLUSION

  • En quoi jugez-vous ces activités de lecture et d’écriture intéressantes pour les élèves ? Quels sont leurs intérêts, notamment les principaux apprentissages visés ? 

Caroline et Manon : De manière générale, créer des activités de lecture et d’écriture autour d’une œuvre littéraire permet de travailler sur les déficits des élèves, de développer leur appétence, leur créativité…  Ces activités peuvent être ludiques et leur donner l’occasion d’apprendre en s’amusant. Elles leur permettent aussi de travailler en groupe, ce qui est motivant et riche en conflits sociocognitifs. Par ailleurs, elles se terminent par une production finale qui fait office de projet de lecture ou d’écriture. Ainsi, à la fin des activités, les élèves ont réalisé une production dont ils peuvent être fiers et qui démontre qu’ils ont fait plusieurs apprentissages.

À ce propos, de la première à la troisième années de l’enseignement secondaire, « les élèves cheminent dans le niveau de « scripteur confirmé » ». Ce dernier « maitrise l’ensemble des composantes de la production d’écrits qu’il met en œuvre de manière de plus en plus automatisée et recourt à des procédés langagiers et artistiques plus complexes » selon le FRALA. Ainsi, l’élaboration d’une planche de BD est l’occasion de réinvestir les apprentissages menés préalablement à propos des codes de ce genre et des composantes de la production d’écrit (planification, mise en texte, révision et correction selon le glossaire du FRALA).

 

  • Que retenez-vous de l’exploitation d’une BD en classe (menée dans le cadre de vos activités et dans celles vécues lors de la rencontre avec Thomas Lavachery en mai 2021) ? D’après vous, quels sont ses intérêts didactiques ? 

 Caroline et Manon : La bande dessinée comprend moins de texte qu’un roman, mais elle comporte des images riches en contenu. En effet, les images parlent et peuvent donner beaucoup d’informations quand on prend le temps de les observer avec attention. La bande dessinée est donc une mine d’or à exploiter lorsque l’on veut travailler l’implicite et les inférences ainsi que les rapports entre le texte et l’image par exemple. Ses couleurs, son texte plus léger et son langage plus familier dans les dialogues sont également des atouts pour aider les jeunes lecteurs à entrer dans l’univers de la lecture et de l’écriture. De plus, il en existe pour tous les âges et pour tous les gouts, ce qui est un autre facteur de motivation non négligeable pour les élèves.

Cet atout de la littérature de jeunesse est évoquée dans le glossaire du FRALA : « Elle propose des publications très diversifiées dans sa forme (albums, romans, livres illustrés, bandes dessinées), dans les thématiques abordées et a souvent une intention formatrice ». Elle « a acquis, ces dernières années, une légitimité culturelle due aux exigences de qualité littéraire ».

 

Si les livres de Thomas Lavachery vous intéressent, sachez qu’a été récemment publié un magnifique carnet d’exploratrice, Lilly sous la mer3. Il met en scène une héroïne de cinq ans qui vit une aventure d’un mois, avec sa famille, dans un sous-marin : un confinement qui sort de l’ordinaire. Cet album est destiné aux enfants de 6 à 8 ans, selon l'École des loisirs

Lilly sous la mer

 

Par ailleurs, Masca. Manuel de survie en cas d’apocalypse4 d’Erik L’Homme et d’Eloïse Scherrer est un roman graphique sur le thème de la survie dans une ville dévastée par un cataclysme et en forêt. Le jeune Justin raconte son périple dans la nature pour retrouver sa famille et il se crée, avec humour, des alliés imaginaires (dessinés dans le carnet de ses aventures). Parmi ceux-ci, un chien et un certain guerrier Björn…


Je remercie Caroline et Manon d’avoir accepté de partager avec vous les dispositifs qu’elles ont élaborés à partir du premier tome de la bande dessinée Bjorn le Morphir. Naissance d’un morphir. Il est à parier que les adolescents qui vivront ces activités souhaiteront lire les tomes suivants.


Sylvie Bougelet



1. Lavachery, T., Gilbert, T. (2015). Bjorn le Morphir I : Naissance d'un morphir,  Paris, Rue de Sèvres. 

2. http://www.ares-ac.be/images/F...

3. https://www.ecoledesloisirs.fr...

4. http://www.gallimard.fr/Catalo...

Auteur

Sylvie Bougelet

Maitre-assistante en français et didactique du français. Intérêt particulier pour la didactique de l'écriture et les activités sollicitant la créativité.

Réagissez à cet article

Derniers articles

Vingtièmes Rencontres NPP - 18 et 19/11/21

Prix de l'ABPF

Édition 2021 de « Lisez-vous le belge ? »

Des malles pédagogiques BD disponibles via le Centre belge de la bande dessinée

Créer un podcast à l'école : un outil abordable pour une école innovante