Chanson (4) : « Lampedusa ». Une chanson pour aborder la thématique de l'immigration

Pistes didactiques et suggestions pour une mise en réseau.


Ces dernières années, la scène musicale francophone a vu fleurir plusieurs jeunes artistes engagés, utilisant leur art pour dénoncer les dysfonctionnements de notre société ou défendre des causes qui leur tiennent à cœur : sauvegarde de la planète, lutte contre l'homophobie, harcèlement sexuel ou toute autre forme de violence...

Si le dernier album de Julien Doré, sorti en septembre 2020, semble, à première vue, faire la part belle aux chansons d'amour, il n'en est rien. En effet, derrière le titre aimée et les couleurs pastel de la pochette se cachent plusieurs pépites engagées telles que La fièvre, Barracuda I et II ou encore Kiki. Au travers de ces morceaux, le chanteur dénonce la manière dont les humains détruisent la planète, et s'inquiète de ce qu'ils laisseront aux générations futures. 


Lampedusa est assurément une autre perle de l'album. La mélodie douce et le texte de cette chanson emmènent l'auditeur sur les embarcations de fortune aux côtés des migrants qui s'y entassent dans l'espoir de survivre ou de trouver une vie meilleure ailleurs.


Quelques pistes didactiques pour exploiter la chanson

1. Avant l'écoute 

Avant de faire découvrir la chanson aux élèves, l'enseignant peut les inviter à émettre des hypothèses au départ du titre. Cela lui permettra d'évaluer leurs connaissances en ce qui concerne l'actualité, la situation et le parcours des migrants. Les élèves connaissent-ils Lampedusa ? Ont-ils déjà entendu parler de cet endroit ? Dans quel contexte ? Comment le perçoivent-ils ? 

S'ils ne savent pas de quoi il s'agit, l'enseignant peut les inviter à faire une rapide recherche sur Internet ou leur proposer différentes photos prises aux abords de cette ile italienne. Dans les deux cas, les élèves seront confrontés à des représentations contrastées de Lampedusa : aux photos idylliques dignes de guides touristiques se mêlent des images qui renvoient à une triste et cruelle réalité.


L'enseignant peut également montrer sur une carte le trajet qu'empruntent les canots qui se lancent dans la traversée de la Méditerranée et/ou proposer la lecture d'un article de presse qui permettra aux élèves de s'informer.

2. Pendant la phase d'écoute


  • Ressenti et sens global

Avant d'entamer l'analyse de la chanson, il est nécessaire que les élèves puissent s'en imprégner. L'enseignant peut donc proposer une première écoute « plaisir » à l'issue de laquelle il interrogera les élèves sur leur ressenti et leur appréciation. Ont-ils été envahis par des émotions ? Lesquelles ? La chanson leur a-t-elle plu ? Pour quelles raisons ? 

Il peut également les inviter à évaluer les hypothèses émises quant au contenu de la chanson. Pour ce faire, il les interrogera sur le sens global et les invitera à identifier les paramètres de la situation de communication : de quoi est-il question ? Où se déroule l'action ? Dans quel contexte ? Qui est le « nous » ? Quelle est ou pourrait être l'intention du chanteur ? Il sera aussi utile d'expliquer ou de rechercher la signification des termes méconnus, tels que murènes

Murène
Murène

S'il leur fournit une transcription de la chanson dès cette étape, l'enseignant peut inviter les élèves à justifier l'ensemble de leurs réponses à l'aide des mots du texte. Il est utile de conserver des traces des échanges au tableau afin de les approfondir et de les affiner par la suite, au moyen d'une analyse plus fouillée.


  • Analyse du texte

L'enseignant peut ensuite passer à une phase d'analyse plus approfondie du texte. Pour ce faire, il est nécessaire de travailler au départ de la transcription de la chanson. Le texte de Lampedusa est relativement résistant car, pour le comprendre, le lecteur doit réaliser de nombreuses inférences et décoder toute une série de métaphores. Selon le niveau des élèves, l'enseignant peut donc proposer un accompagnement plus ou moins renforcé. 


Dans tous les cas, il semble utile de revenir sur une partie du refrain, prononcée et répétée de nombreuses fois dans la chanson : « Il y a nous. » Cette phrase toute simple est à elle seule porteuse du message que le chanteur souhaite faire passer. Pour bien le comprendre, il est nécessaire de clarifier l'utilisation des pronoms. Grâce aux informations collectées lors de la toute première étape du dispositif, les élèves auront en principe compris que le pronom nous désigne les migrants et le pronom vous, les Européens (« jusqu'à vous »). L'enseignant pourra ensuite les amener à identifier plus clairement le message que Julien Doré cherche à faire passer et à réfléchir aux choix narratifs et aux effets produits. Pourquoi le chanteur répète-t-il de nombreuses fois « Il y a nous » ? Quel message cherche-t-il à faire passer ? Pourquoi s'inclut-il parmi les migrants ?  Quel est l'effet produit ? Les élèves constateront ainsi que Julien Doré tente d'attirer l'attention sur une réalité et sur des êtres souvent ignorés : « il y a nous », nous sommes là, nous existons... En utilisant la première personne du pluriel, il donne une voix à ces migrants. 

Un important travail de décodage des images proposées par le chanteur et d'analyse de leurs effets doit aussi être entrepris. Le texte comprend, en effet, des métaphores et des personnifications qu'il convient de décoder. Celles-ci dépeignent notamment la longueur et l'issue incertaine du voyage (ex. « J'ai caché des messages dans des boutons de roses que tu ne pourras lire que si elles sont écloses jusqu'au bout », « coup de dés »), la dangerosité de cette entreprise (ex. « le vent devient fou de ces flots cannibales »), mais aussi l'état physique et moral dans lequel se trouvent les migrants (ex. corps « écrasé à la masse », « l'espoir rétrécit entre la corde et la cime »). Par ces figures de style, Julien Doré présente de manière très poétique un équipage de migrants entassés et écrasés les uns par les autres sur un « radeau bancal ». Remettant leur vie entre les mains du destin, ils sont soumis aux lois de la nature ainsi qu'à une mer souvent hostile et meurtrière... et perdent peu à peu l'espoir d'atteindre leur objectif...


  • Analyse de la mélodie et de la mise en voix

L'enseignant peut également inviter les élèves à décrire et à donner leur avis sur les choix musicaux et la mise en voix du texte. Il peut par exemple recourir aux questions ci-dessous, auxquelles les élèves répondront après avoir écouté une seconde fois la chanson : 

- Comment qualifieriez-vous la mélodie ? Quels instruments entendez-vous ? 
- La musique vous parait-elle adaptée au texte et à l'intention du chanteur ? Pour quelles raisons ?
- Que pensez-vous de l'interprétation du chanteur ? Que pensez-vous de l'intervention de voix d'enfants ? 
- La musique et l'interprétation vous touchent-elles ? 

Les élèves devraient ainsi constater que la mélodie est douce et minimaliste, par moments presque inexistante, et que Julien Doré chante avec un volume assez faible comme s'il chuchotait. La musique et la mise en voix ne représentent donc pas une révolte, mais plutôt une plainte ou une résignation. Les voix d'enfants donnent du poids au texte et au message et renforcent les émotions : ce « nous », c'est aussi des enfants... En fin de compte, la douceur qui se dégage de la chanson peut provoquer la révolte de l'auditeur.

3. Après l'écoute

Il serait intéressant de prolonger l'exploitation de la chanson en visionnant son clip. Celui-ci n'est pas encore disponible, mais devrait l'être dans les mois à venir. En effet, Julien Doré a prévu de sortir un clip vidéo pour chacun des titres de son album. Ces différentes vidéos sont diffusées une à une. Il faut donc se montrer encore un peu patient. Si le clip de Lampedusa utilise les mêmes codes que ceux déjà sortis, il y aura assurément un intéressant travail de décodage des images à réaliser. En effet, que ce soit dans le clip de La fièvre, dans celui de Barracuda ou encore dans celui de Nous, les métaphores visuelles et la symbolique occupent une place de choix. 



Une mise en réseau pour approfondir la thématique 

Pour approfondir la thématique des migrants, l'enseignant peut mettre la chanson en réseau avec d'autres textes et œuvres qui apporteront des éclairages complémentaires. Roman, album, photographie, chanson... 

Voici quelques propositions : 

Le roman Eldorado de Laurent Gaudé1 (Babel, 2007 et J'ai lu, 2009)

De manière réaliste, ce roman offre alternativement deux points de vue différents sur l'immigration : celui de Soleiman, originaire du Soudan, qui entreprend un voyage clandestin en direction de l'Europe, et celui du commandant Piracci qui travaille à la surveillance des frontières maritimes et sillonne la mer aux alentours de Lampedusa pour intercepter les embarcations clandestines. 


Le magnifique album sans texte Migrants d'Issa Watanabe (La joie de lire, 2020)

Sur un fond sombre, des personnages anthropomorphes entreprennent un très long périple. Tous différents, ils marchent ensemble vers la même destination... mais la Mort les guette. 


Le roman jeunesse La traversée de Jean-Christophe Tixier (Rageot, 2018)

Sam quitte son Afrique natale dans l'espoir de rejoindre l'Europe. Lors de la traversée de la Méditerranée, l'embarcation sur laquelle il se trouve est prise dans une tempête. Sam tentera de survivre et de venir en aide à ses compagnons d'infortune. 


Les montages d'Ugur Gallen2

Ils mettent en parallèle deux réalités et accentuent ainsi le contraste qui existe entre elles.


L'émouvant spectacle Bruits d'eaux3 mis en scène par Martine de Michele4 (en Cie du Sud)

Envoyé sur une ile, un personnage est chargé de compter les morts que l'océan rejette sur la plage. Peu à peu, le comédien redonne vie aux naufragés anonymes et raconte des parties de leur histoire.


La très poignante chanson Rentrez chez vous de Big Flo et Oli

Elle transpose le calvaire vécu par les migrants dans un décor français, favorisant ainsi l'identification. 


Le recueil de nouvelles L'horizon en éclats5 de Marie-Bernadette Mars (EME éditions, 2020)

Proposé en lecture aux étudiants participant aux activités organisées dans le cadre de la Journée des Droits Humains. 


Dis, c'est quoi l'immigration ?  de François Gemenne (Renaissance du Livre, 2020)

À la manière d'un dialogue entre un père et son ado, François Gemenne aborde toute une série de questions pour aider le lecteur à mieux comprendre l'immigration, ses enjeux et la gestion politique. 



Après cette lecture en réseau, l'enseignant pourrait proposer aux élèves d'amplifier la chanson de Julien Doré en créant une strophe supplémentaire en vue de relater d'autres aspects de la traversée de la Méditerranée ou la suite du périple des migrants qui arrivent vivants en Europe. Les élèves mettraient ainsi à profit les informations découvertes lors de la lecture en réseau sur le parcours des réfugiés et exploiteraient les procédés langagiers et stylistiques mis en évidence lors de l'analyse de la chanson. 



Pour conclure

La production artistique et littéraire contemporaine touchant à la thématique des migrants est foisonnante... Cela n'est pas le fruit du hasard, mais renvoie à une problématique ancrée dans notre réalité, à tel point que la détresse des migrants, le calvaire qu'ils subissent et les nombreuses vies arrachées par la Méditerranée semblent parfois banalisés... Lampedusa est une œuvre riche à bien des niveaux. Elle sensibilise l'auditeur à la question migratoire et constitue une belle occasion de travailler et d'expliciter différentes stratégies de compréhension. 


Anne-Catherine Werner



1Quelques propositions d'exploitation de ce roman sont présentées dans https://dupala.be/article.php?...

2Voir au sujet de ces compositions photographiques particulières : https://dupala.be/article.php?...

3https://www.encompagniedusud.c...

4Nous avons eu la chance d'accueillir Martine de Michele pour échanger autour d'un autre de ses spectacles, Les Fils de Hasard, Espérance et Bonne Fortune, qui traite de l'immigration italienne (https://dupala.be/article.php?...).

5https://dupala.be/article.php?...

Auteur

Anne-Catherine Werner

Maitre-assistante en français, didactique du français, assistante de formation en didactique du français langue première (ULiège). Intérêt particulier pour la lecture, l'écriture, la langue française, le cinéma, le théâtre, la photographie et les arts plastiques.

Réagissez à cet article

Derniers articles

Pour les vacances

Accueil de Thomas Lavachery

Album (31) : « La chanson perdue de Lola Pearl : Hopper » de Davide Cali et Ronan Badel

Quelles stratégies pour lire le texte informatif ?

Exploiter le docu-BD en classe de français