Pourquoi écrire et pourquoi aller à  l'école ?

Cet article suggère d'analyser deux chansons pour amener les élèves à  réfléchir aux enjeux de l'écriture et de l'école avant d'écrire un autoportrait o๠il est question de ces sujets.


Deux hommes ont comme points communs d'être chanteurs et de s'être exprimés à propos des femmes (réécoutez Mesdames1 et Miss Maggie2) et des raisons qui peuvent inciter certains à écrire. Ils ont collaboré en 20163. Avez-vous une idée de leur identité ? Si non, vous la découvrirez en lisant la suite de cet article.

1. Écoute et analyse de la chanson Autoreflet

La première activité consiste à faire écouter aux apprenants la chanson Autoreflet écrite par Grand Corps Malade (nom de scène de Fabien Marsaud). Son compositeur est Quentin Mosimann. Elle est intéressante pour (re)découvrir Grand Corps Malade, son parcours de vie et d'artiste4, ses raisons d'écrire et différents sujets de ses chansons. 


Paroles de la chanson Autoreflet

Je vois un père de famille, je vois un homme amoureux
Je commence par l'essentiel, en auteur rigoureux
J'ai grandi en banlieue, je l'ai chanté a cappella
Et cet autoreflet pourrait même s'arrêter là 

Je suis devenu un peu poète, pas vraiment écrivain
J'ai laissé quelques textes utiles et beaucoup d'écrits vains
J'ai les rimes à l'air libre, la silhouette un peu bancale
Pour garder l'équilibre, je m'accroche aux cordes vocales [...]

De la fibre artistique, j'avais pas vu les signaux
C'est plus tard, prolifique, que j'ai pris les stylos
J'ai tutoyé l'idée que mes poèmes se baladent
J'écris donc je suis, et je suis Grand Corps Malade [...]

J'ai contribué sans l'prévoir à populariser le slam
Cet art oratoire, dans les bars, qui caresse l'âme
J'ai écrit comme une urgence des centaines de quatrains
J'ai écrit sur mes souffrances pour faire taire le chagrin [...]

J'écris quand je me sens bien, j'écris quand je me sens mal
Quand la vie m'déçoit un peu et quand tout est normal
Je n'écris que pour les autres, je veux être entendu
J'écris pour comprendre le monde, surtout quand il est tendu [...]

J'écris sur le présent, très peu souvent sur l'avenir
Mais sans être oppressant, parfois le passé m'inspire
Je le remercie à la césure, avec ses airs de magie
Je fais rimer mon présent avec ma nostalgie

J'écris des vers joyeux et des rimes déprimantes
J'ai vidé tant de stylos et de cartouches d'imprimantes
J'ai quelques cheveux couleur cendre mais l'inspi' incandescente
Malgré les rides sur mon front, j'ai la plume adolescente

J'écris dans mon téléphone, des poèmes en chorale
Dans des cahiers, des carnets et puis, j'écris à l'oral
J'ai écrit moins que certains mais bien plus que la moyenne
Et j'espère garder ce rythme quand ma plume sera la doyenne

J'écris sur des sentiments et des pensées intimes
J'écris sur la société quand ça me semble légitime
Sur notre France parfois fatiguée et cernée
Quand le pouvoir se fout des gens, mon encre est concernée

J'écris aussi sur l'enthousiasme et les beaux potentiels
Sur les lumières du ciel, les valeurs essentielles
J'suis curieux, j'aime les gens, je vois le verre à moitié plein
Ce n'est pas une légende, je vois le rêve à portée d'main [...]

Dans cette vie, je suis venu, j'ai perdu, j'ai vaincu
Et je suis c'que j'suis grâce à c'que j'ai vécu
Je compense mentalement les absences musculaires
J'remercie totalement les quartiers populaires [...]

J'ai 20 ans dans ma tête, 120 ans dans mon corps
Mais les deux, heureusement, se mettent souvent d'accord
Pour ouvrir les yeux, les oreilles et les mains
Trouver un rythme commun et tracer mon chemin

Je garde mes yeux d'enfant face à tout c'qu'il m'arrive
Et pour garder cette chance, je m'applique et m'active
Un privilège énorme, sans qu'la lumière déforme
J'le sens dans chaque hormone, j'ai un métier hors norme

Mais même au Zénith, je ferai pas le fanfaron
Tu l'as compris, mon vrai premier métier, c'est daron
Mes deux fils et ma femme, c'est ma première passion
Les voir rire à mes vannes, c'est la plus belle ovation

Je vois un père de famille, je vois un homme amoureux
Je finis par l'essentiel, en auteur rigoureux
J'ai grandi en banlieue, je l'ai chanté a cappella
Et cet autoreflet va vraiment s'arrêter là 

Source : www.paroles-musique.com



L'activité qui suit les écoutes de la chanson peut consister à faire dégager son sens global (De quoi est-il question dans celle-ci ?), à demander un avis des élèves sur celle-ci (L'as-tu appréciée ou non ? Le slam est-il un genre musical qui te plait ou non ? Pourquoi ? Que penses-tu de l'accompagnement sonore des paroles ? ). Si les élèves connaissent peu le slam, l'écoute de cette chanson est l'occasion de leur faire découvrir ses spécificités. Celles-ci sont clairement synthétisées par Suzanne Chartrand et al.5 



Les activités suivantes se concentrent dans notre cas sur les caractéristiques de l'autoportrait et de la chanson, donc du texte versifié. Le slam (de structure narrative) et l'autoportrait (de structure descriptive) sont des genres proposés pour être abordés dès les cinquième et sixième années de l'enseignement primaire aux pages 32 et 33 du Référentiel de français et langues anciennes6.

Les caractéristiques de l'autoportrait qui peuvent être observées dans la chanson de Grand Corps Malade, analysées, puis synthétisées sont notamment les suivantes : 

  • son intention : caractériser un individu qui est aussi l'auteur du texte et qui se décrit lui-même, mettre en évidence certaines de ses particularités physiques et/ou psychologiques pour permettre à l'auditeur de se représenter la personne décrite, de se l'imaginer) ;
  • son contenu : des éléments des portraits physique (J'ai la silhouette un peu bancale, J'ai quelques cheveux couleur cendre, Malgré les rides sur mon front) et psychologique (J'suis curieux, j'aime les gens, je vois le verre à moitié plein, Ce n'est pas une légende, je vois le rêve à portée d'main, Je garde mes yeux d'enfant face à tout c'qu'il m'arrive, Mais même au Zénith, je ferai pas le fanfaron) et de son identité sociale qui est évoquée dès le début de la chanson (Je vois un père de famille, J'ai grandi en banlieue) ;
  • sa structure : division de l'autoportrait qui est aussi une chanson en strophes souvent centrées sur un aspect de la personne décrite  (son identité sociale, ses activités professionnelles, ses raisons d'écrire, ses sujets de prédilection dans ses écrits, etc.) ;
  • sa forme : elle est particulière notamment puisqu'il s'agit d'un autoportrait écrit sous la forme d'un texte versifié, d'une chanson. Ce qui peut être relevé, ce sont par exemple les strophes de quatre vers qui riment par deux, la présence d'anaphores (J'écris au début de nombreux vers), la présence de structures syntaxiques du langage oral, la suppression de certaines voyelles pour reproduire ce dernier (De la fibre artistique, j'avais pas vu les signaux, J'ai contribué sans l'prévoir à populariser le slam, Quand la vie m'déçoit un peu et quand tout est normal, J'suis curieux) et parfois le vocabulaire employé par certains adolescents (Tu l'as compris, mon vrai premier métier, c'est daron).

Des entrainements pour permettre aux élèves de maitriser les caractéristiques de la chanson et de l'autoportrait sont ensuite nécessaires. Ils peuvent être réalisés notamment à partir de l'écoute d'une deuxième chanson ou la lecture d'un autre autoportrait.

Il est à noter que la chanson Autoreflet de Grand Corps Malade est intéressante à de multiples niveaux, notamment ce qui concerne l'intertextualité. En effet, il y fait référence à l'énoncé de Descartes, Je pense, donc je suis, il se l'approprie en écrivant : J'écris donc je suis. Il a également transformé la célèbre phrase de Jules César, Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu, en intégrant dans sa chanson la suivante : Dans cette vie, je suis venu, j'ai perdu, j'ai vaincu.

Les raisons d'écrire évoquées par Grand Corps Malade sont ensuite identifiées. En voici les principales : J'ai écrit sur mes souffrances pour faire taire le chagrinJe n'écris que pour les autres, je veux être entendu, J'écris pour comprendre le monde, surtout quand il est tendu, J'écris sur la société quand ça me semble légitime, Sur notre France parfois fatiguée et cernée, Quand le pouvoir se fout des gens, mon encre est concernée.

Ses sujets de prédilection dans les textes qu'il écrit sont ensuite relevés : J'écris sur le présent, très peu souvent sur l'avenir, Mais sans être oppressant, parfois le passé m'inspireJ'écris sur des sentiments et des pensées intimes, J'écris aussi sur l'enthousiasme et les beaux potentiels, Sur les lumières du ciel, les valeurs essentielles.

Les apprenants sont ensuite amenés à échanger à propos des raisons d'écrire mentionnées par Grand Corps Malade et des sujets de ses textes. Leur arrive-t-il d'écrire pour les mêmes raisons que lui ? Si non, écrivent-ils pour d'autres raisons ?  Par exemple, écrivent-ils des sms, des textes en dehors du cadre scolaire et pourquoi ? Comprennent-ils pourquoi Grand Corps Malade peut avoir envie d'écrire sur les sujets qu'il évoque ? 

2. Écoute et analyse de la chanson C'est quand qu'on va où ?

Découvrez ci-dessous la chanson de Renaud extraite de l'album A la Belle de Mai sorti en 1994 : 


Avant de faire écouter la chanson de Renaud, l'enseignant peut interroger les élèves pour savoir s'ils le connaissent. Si non, ils peuvent être amenés à effectuer des recherches sur ce chanteur français engagé. Cette recherche peut être l'occasion d'apprentissages relatifs à la consultation éclairée de sites et d'IA telles que Perplexity. Cette dernière a l'avantage de citer les sources de ses contenus. Ci-dessous le résultat de la recherche sur Renaud par l'intermédiaire de Perplexity ainsi que les sources mentionnées.

 

Paroles de la chanson C'est quand qu'on va où ? 

J'me suis chopé cinq cent lignes :
"Je n'dois pas parler en classe"
Ras l'bol de la discipline !
Y'en a marre, c'est digoulasse !
C'est même pas moi qui parlais,
Moi j'répondais à Arthur
Qui me demandait, en anglais,
Comment s'écrit No Future

Si on est puni pour ça
Alors j'dis "Halte à tout !"
Explique-moi, Papa,
C'est quand qu'on va où ?

C'est quand même un peu galère
D'aller chaque jour au chagrin
Quand t'as tell'ment d'gens sur Terre
Qui vont pointer chez "fout-rien"
'Vec les d'voirs à la maison
J'fais ma s'maine de soixante heures,
Non seul'ment pour pas un rond,
Mais en plus pour finir chômeur !

Veulent me gaver comme une oie
Avec des matières indigestes,
J'aurai oublié tout ça
Quand j'aurai appris tout l'reste,
Soulève un peu mon cartable,
L'est lourd comme un cheval mort,
Dix kilos d'indispensables
Théorèmes de Pythagore !

Si j'dois m'avaler tout ça
Alors j'dis "Halte à tout !"
[refrain]

L'essentiel à nous apprendre
C'est l'amour des livres qui fait
Qu'tu peux voyager d'ta chambre
Autour de l'humanité,

C'est l'amour de ton prochain,
Même si c'est un beau salaud,
La haine ça n'apporte rien,
Puis elle viendra bien assez tôt

Si on nous apprend pas ça
Alors j'dis "Halte à tout !"
[refrain]

Quand j's'rai grande
j'veux être heureuse,
Savoir dessiner un peu,
Savoir m'servir d'une perceuse,
Savoir allumer un feu,
Jouer peut-être du violoncelle,
Avoir une belle écriture,
Pour écrire des mots rebelles
À faire tomber tous les murs !

Si l'école permet pas ça
Alors j'dis "Halte à tout !"
[refrain]

Tu dis que si les élections 
à‡a changeait vraiment la vie,
Y'a un bout d'temps, mon colon,
Qu'voter ça s'rait interdit !
Ben si l'école ça rendait
Les hommes libres et égaux,
L'gouvernement décid'rait
Qu'c'est pas bon pour les marmots !

Si tu penses un peu comme moi
Alors dis "Halte à tout !"
Et maintenant, Papa
C'est quand qu'on va où ?
[...]



Après avoir écouté cette chanson plusieurs fois, les élèves sont amenés à dégager son sens global, le principal thème abordé (l'école) et à identifier certains points communs avec Autoreflet de Grand Corps Malade : notamment le fait qu'elles évoquent, toutes les deux, le statut de père du chanteur, mais également certains enjeux liés au monde scolaire. Dans ce cas-ci, ceux de l'école en général et, de manière plus secondaire, une des finalités de l'écriture apprise à l'école. Ces finalités sont évoquées à différentes reprises dans la chanson de Grand Corps Malade. 

Les apprenants sont ensuite amenés à prendre conscience du fait que la chanson de Renaud est engagée. Selon Suzanne Chartrand et al. (2015), un des points communs des oeuvres de la littérature engagée des XXe et XXIe siècles est de " faire prendre conscience d'un phénomène politique, social ou culturel et appeler à s'engager dans la lutte ou dans le débat ; mettre en garde contre l'oubli ; amener le destinataire à adopter la thèse défendue." Dans sa chanson, Renaud amène les auditeurs à s'interroger sur les rôles de l'école, sur ce qui y est enseigné. Les apprenants sont amenés à réécouter un extrait de la chanson pour identifier ce que l'école devrait apprendre en priorité aux enfants et aux adolescents :  

  • L'essentiel à nous apprendre, C'est l'amour des livres qui fait, Qu'tu peux voyager d'ta chambre, Autour de l'humanité, 
  • C'est l'amour de ton prochain, Même si c'est un beau salaud, La haine ça n'apporte rien, Puis elle viendra bien assez tôt.

Ensuite, l'écoute d'un autre extrait permet de mettre en évidence un enjeu de l'écriture évoqué par Renaud : Avoir une belle écriture, Pour écrire des mots rebelles, À faire tomber tous les murs ! Une discussion sur les rôles de l'école et cette finalité de l'écriture (écrire pour dénoncer, contester) peut être menée avec les élèves et un lien peut d'ailleurs être établi avec le caractère engagé de la chanson de Renaud. 

L'analyse des aspects formels de cette chanson permettra un entrainement à l'identification de certaines caractéristiques de ce genre : notamment l'alternance des couplets et du refrain, la versification (la présence de rimes dans toute la chanson) ainsi que la musique (le choix du piano et de différents autres instruments pour accompagner les paroles). Les choix lexicaux et syntaxiques peuvent aussi être analysés : le langage reproduit celui d'un enfant s'adressant à son père (J'me suis chopé cinq cent lignes : "Je n'dois pas parler en classe", Ras l'bol de la discipline !, Y'en a marre, c'est digoulasse ! ; Et maintenant, Papa, C'est quand qu'on va où ?). Par ailleurs, certaines expressions peuvent faire d'objet d'une réflexion : par exemple, aller au chagrin qui peut être rapproché de aller au charbon, qui signifie, dans le langage familier, aller au travail, travailler pour gagner sa vie ou encore prendre sa part de tâches peu agréables, de corvées selon le dictionnaire Reservo et le Dictionnaire d'expressions et locutions.7 Dans la chanson de Renaud, il s'agit d'aller travailler à l'école. 

Pour terminer l'analyse de cette chanson, les élèves sont invités à exprimer leur avis sur cette chanson engagée : que pensent-ils de ses messages ? Les choix musicaux leur semblent-ils judicieux en lien avec ceux-ci ? Apprécient-ils cette chanson ? Pourquoi ? 

3. Écriture d'un autoportrait sous la forme d'un slam

Après l'écoute et l'analyse des deux chansons, les réflexions sur les raisons d'écrire de Grand Corps Malade, celle évoquée par Renaud et sur les enjeux de l'école, les apprenants planifient l'écriture d'un texte à la manière d'un de ces chanteurs : un autoportrait sous la forme d'un slam où chaque participant au dispositif évoque également son rapport à l'écriture et/ou à l'école. Il s'agit de noter (par exemple sous la forme d'une carte mentale) pourquoi ils écrivent ou non, de quoi il est question dans leurs écrits (au sens large : un sms ou un message envoyé par l'intermédiaire d'une application de messagerie instantanée sont des textes)8, pourquoi ils vont à l'école, ce qu'ils voudraient y apprendre. Il sont également invités à rédiger une fiche d'identité qui permettrait à un inconnu (par exemple un futur employeur ou un correspondant qui vit à l'étranger) d'apprendre à les connaitre en mentionnant des informations relatives à leur identité sociale, en dressant leur portrait physique et psychologique.

Après cette étape de planification, ils sont amenés à rédiger leur autoportrait sous la forme d'un slam où il est notamment question de leur rapport à l'écriture et/ou à l'école. Ils sont amenés à s'exprimer à la première personne du singulier, comme Grand Corps Malade, en employant un langage qui peut être proche de celui employé à l'oral, ce qui ne devrait pas être un frein à l'écriture des élèves. Par contre, pour aider ceux qui éprouvent des difficultés lors de la rédaction de ce texte versifié, des outils peuvent être suggérés : par exemple, ceux consultables en ligne tels qu'un dictionnaire des rimes.


    

La révision du texte à relire et à améliorer (sur base d'une grille d'autoévaluation ou des fiches de synthèse sur les genres de l'autoportrait et du slam construites lors des activités précédentes) et à mettre au net (par exemple en version informatique pour soigner la lisibilité du texte et faciliter l'intégration d'une illustration si elle est prévue : une photo de l'élève par exemple) précède la socialisation des productions. Étant donné la difficulté pour certains élèves de se livrer face au groupe en lisant un texte fort personnel, les modalités suivantes peuvent être prévues. Les textes à rendre anonymes sont remis à l'enseignant qui en distribue un aléatoirement à chacun des apprenants. Chaque participant lit le texte d'un de ses condisciples à voix haute et le public cherche à identifier la personne qui est l'auteur de l'autoportrait. Des commentaires qui doivent rester bienveillants sur les productions sont formulés par les auditeurs sur base de critères d'analyse des textes liés notamment aux caractéristiques des genres mises en évidence lors des activités précédentes. Un prolongement pourrait également porter sur l'oralisation des textes à la manière des slameurs.

Cette activité est l'occasion pour les élèves de s'exprimer personnellement, d'apprendre à mieux se connaitre, elle peut favoriser la cohésion du groupe. Elle pourrait se terminer par une discussion à propos des enjeux de l'écriture et de l'école évoqués dans les slams des participants. Les principaux peuvent être notés sur une affiche à placer dans le local habituel des apprenants pour conserver une trace de ce dispositif.     



 Sylvie Bougelet


1. https://www.youtube.com

2. https://www.youtube.com

3. https://parlezmoiderenaud.com

4. Pour en savoir plus, parcourez notamment le site de Grand Corps Malade : https ://grandcorpsmalade.fr/2/.

5. Chartrand Suzanne, Émery-Bruneau Judith et Sénéchal Kathleen avec la collaboration de Pascal Riverin (2015). Caractéristiques de 50 genres pour développer les compétences langagières en français, Québec, Didactica.

6. Référentiel de français et langues anciennes (FRALA), Fédération Wallonie-Bruxelles, juin 2022, pages 32 et 33 (consultable sur le site: http://www.enseignement.be/). 

7. https://dictionnaire.reverso   Rey Alain et Chantreau Sophie (2003). Dictionnaire d'expressions et locutions, Paris, Dictionnaires Le Robert.

8.  À ce propos peuvent être consultés les résultats de la recherche suivante : Leporcq Carine, Siroux Jean-Louis et Draelants Hugues, « Pratiques et représentations juvéniles de l'écriture à l'ère d'internet », Les Cahiers de recherche du Girsef 94, Juin 2013.


Réagissez à cet article

Derniers articles

Exploitation de l'album « L'Argent » avec des élèves de 3e commune

Visite à  la Foire du Livre

Lire, le propre de l'homme ?

Album (37) : « Le petit robot de bois et la princesse bûche » de Tom Gauld

Lire un classique en BD : tremplin pour la lecture ou sacrifice pour l'imagination ?