Interview d'une écrivaine et comédienne confinée : Geneviève Damas

Cet article est un compte rendu de l'interview de Geneviève Damas, auteure belge, qui a pu être menée à distance pendant le confinement, en mai 2020, avec les étudiants du bloc 2.

Comme chaque année, nous avions prévu de recevoir un auteur en classe mais, confinement oblige, nous avons été obligées de transformer cette rencontre en une vidéoconférence. Celle-ci nous semblait importante pour les étudiants afin qu'ils vivent un moment privilégié de réflexion et de partage autour du livre, de la lecture, de l'écriture et qu'ils perçoivent tout l'intérêt d'inviter des écrivains dans leurs futures classes. 

Le Service Général des Lettres et du Livre a rendu possible cette interview de Geneviève Damas. Pour obtenir de plus amples informations sur l'accueil d'écrivains en classe, rendez-vous sur le site de la Promotion des Lettres de la Fédération Wallonie-Bruxelles1, sur la page « Auteurs en classe ».

Qui est Geneviève Damas? 

Après une licence en droit à l'université de Louvain, Geneviève Damas suit une formation de comédienne à l'IAD-Théâtre. Elle devient ensuite comédienne, écrivain et metteur en scène de théâtre et d'opéra. En 2002, elle écrit « Molly à vélo » publié chez Émile Lansman et obtient le Prix du Théâtre - Meilleur Auteur 2004 ainsi que le coup de cœur des lycéens de Loire-Atlantique 2006. En 2009, son texte « Le pays sans anniversaire » est lauréat du concours organisé par le Créa-Théâtre à l’occasion de ses vingt ans d’existence. En 2010, Geneviève Damas reçoit le prix littéraire du Parlement de la Communauté française pour sa pièce « STIB ».2

3


Geneviève Damas a écrit des pièces de théâtre (une de celles-ci est évoquée ci-dessous), des nouvelles (dont le recueil Benny, Samy, Lulu et autres nouvelles publié en 2014) et des romans, dont les suivants : Si tu passes la rivière (Luce Wilquin, 2011), Histoire d'un bonheur (Arléa, 2014), Patricia (Gallimard, 2017), Monsieur André (coédition de l'ASBL Lire et Écrire Luxembourg qui travaille dans le domaine de l'alphabétisation des adultes et de La Traversée Weyrich, 2017) et Bluebird (Gallimard, 2019).



Comment a été préparée l'interview à distance ? 

Dès le mois de février, les étudiants ont été amenés à lire des livres de Geneviève Damas, dont certains au choix et d'autres exploités en classe : Bluebird (par le biais d'un cercle de lecture) et la nouvelle Sabayon du recueil cité ci-dessus (dans le cadre d'un atelier d'écriture). 

En février également, nous avons eu l'opportunité de proposer aux étudiants de voir la pièce La solitude du mammouth écrite et jouée par Geneviève Damas au théâtre Le Public, à Bruxelles. Plusieurs d'entre eux nous ont assisté à la représentation et ont ainsi pu découvrir ses talents de comédienne dans ce monologue drôle, cruel et déjanté. En effet, celui-ci évoque la colère et le désir de vengeance d'une femme abandonnée par son mari, après avoir longtemps consacré toute son énergie à sa famille. Elle a tenu les spectateurs en haleine jusqu'à la fin de la pièce avec cette question : jusqu'où la protagoniste ira-t-elle pour se venger?

L'intérêt de cette activité est d'avoir pu découvrir l'auteure dans le cadre de sa deuxième profession et, donc, d'orienter certaines des questions de l'interview vers le théâtre, domaine intéressant à explorer également dans le cours de français. 

4


Comment a été menée l'interview à distance ? Quel a été son contenu ? 

Nous avons privilégié l'application Teams qui permet à un groupe de participer à des échanges à distance. Le 5 mai, Geneviève Damas a pu nous rejoindre virtuellement et a répondu à toutes les questions. Un porte-parole de chaque groupe d'étudiants a animé l'interview qui se voulait originale et variée.  

Première partie de l'interview

Le premier groupe a organisé une interview Fast and curious à la manière de Konbini (média numérique novateur depuis 2008) : il s'agit pour l'interviewé de choisir entre deux courtes propositions formulées très brièvement et affichées par le biais d'un écran composé de deux parties.5 La personne interrogée doit se positionner le plus rapidement possible face à ces dilemmes qui peuvent être assez nombreux et porter sur différents sujets, ce qui permet de réaliser une présentation rapide et assez inédite. La porte-parole du groupe a ensuite demandé à Geneviève Damas d'expliciter certaines de ses réponses. Nous avons ainsi pu en apprendre plus sur elle, notamment sur ses préférences concernant l'acte d'écrire ou les différentes facettes de ses professions (l'écriture, le théâtre, les séances de dédicaces, les prix littéraires, etc.).



Elle nous a confié que pour écrire, elle se sert de son imagination, mais aussi de sa documentation. Lors de ses enquêtes, elle préfère aller sur le terrain. Pour son prochain roman sur le dijhadisme par exemple, elle a cherché à rencontrer des témoins et à s’informer sur Internet. Selon elle, le réel est plus passionnant que sa propre imagination.   

À propos des personnages de ses livres, elle a signalé qu'elle ne souhaite pas que ses proches ou des personnes réelles se retrouvent dans un roman, mais qu'elle s'en inspire parfois (une personne croisée dont elle emprunte certaines qualités uniquement), qu'elle essaie de travailler sur des éléments réalistes et qu'elle intègre des détails de ses expériences dans ses livres. Elle explique que, puisque toute notre lecture et notre interprétation du monde sont liées à ce que l’on connait, à ce qu'on a vécu, ses personnages sont forcément teintés de sa vision du monde.


Deuxième partie de l'interview

Le deuxième groupe a réalisé une interview plus classique en posant à Geneviève Damas des questions ouvertes sur son métier d'écrivaine. L'intérêt de celle-ci est qu'elle a lui permis de développer et d'approfondir chacune de ses réponses, ce qui n'est pas ou moins possible dans le cas de questions fermées. Les auditeurs ont ainsi pu en apprendre beaucoup sur la réalité de cette profession telle qu'elle l'exerce et le choix du contenu de ses livres notamment.  

Au cours de cette discussion, nous avons pu découvrir certaines de ses habitudes d'écrivaine. Comme par exemple, le fait qu'elle n'a pas de rituel et qu'elle adapte ses périodes d'écriture en fonction de sa vie de famille et de son travail dans une compagnie de théâtre. Elle essaie cependant d’écrire tous les jours. Le plan du texte se construit en écrivant, elle fonctionne à l’aveugle, ce qui engendre parfois beaucoup de déchets. Ainsi, elle a écrit cinq versions de Patricia en quatre ans, elle a consacré deux ans à Bluebird et un an au suivant. « Plus on écrit, plus cela se simplifie », dit-elle. Ce qui lui importe au moment de l'écriture, ce sont les personnages et l'histoire.

Elle nous a également confié qu'elle a commencé à écrire lorsqu'elle était à l'école primaire. Elle a écrit des histoires, des blagues, mais elle n’a jamais imaginé que l’écriture deviendrait son métier. Elle a commencé l’écriture par le théâtre : elle voulait monter une pièce et ne trouvait pas de texte, elle a donc commencé à écrire sans réellement s’en rendre compte. En outre, elle pensait que le métier d'écrivaine devait être laborieux, or écrire la passionne.  


Troisième partie de l'interview

Le troisième groupe a proposé une autre forme d'interview qui consistait à demander à Geneviève Damas de compléter des phrases relatives à deux de ses œuvres : Bluebird et Patricia. Celles-ci étaient affichées au moment où elles étaient posées et étaient parfois un peu surprenantes : il s'agit d'un autre concept (Trou Story) créé par Konbini6. Ce type d'interviews est l'occasion de poser des questions sur des sujets précis, dans ce cas-ci deux romans en particulier afin d'obtenir des réponses à celles que les lecteurs se sont posées à leur propos. 

Concernant le premier roman, elle a choisi la thématique du déni de grossesse, de la maternité chez les jeunes filles parce qu'elle aime choisir un thème peu exploré en littérature, dont elle ne sait pas grand-chose au départ et qui l'intéresse. Par ailleurs, elle pense qu’aucun sujet n’est tabou pour personne, que tous peuvent être abordés avec tous les publics en veillant au vocabulaire et au traitement du sujet. Ce roman se termine par une fin ouverte parce qu'elle aime que le lecteur soit actif à la fin du livre, qu'il pense par lui-même.


Concernant Patricia qui met en scène des migrants, l'auteure explique que ce qu'elle y raconte est inspiré des interviews de ceux-ci qu'elle a réalisées, de ce qu'elle a vu et vécu à Lampedusa. Elle ne choisit pas volontairement des thèmes qui dérangent, mais des sujets de société qui la questionnent, qui l'interpellent, qu'elle essaie de mieux comprendre en écrivant sur ceux-ci. Le dernier livre qu'elle a écrit porte, par exemple, sur le djihadisme parce qu'elle se demande comment « font les gens qui partent là-bas, puis reviennent ici »


Quatrième partie de l'interview

La porte-parole du quatrième groupe lui a posé des questions sur son métier de comédienne, son parcours personnel et ses gouts. L'originalité de cette interview est qu'elle a été réalisée sous la forme d'un portrait chinois.7 

L'intérêt de ce type d'interviews est qu'elle peut amener l'interviewée à raconter des souvenirs qui permettent de faire plus ample connaissance avec elle, de découvrir par exemple ce qui lui plait ou déplait dans sa profession, les raisons qui l'ont amenée à l'exercer. 



Cinquième partie de l'interview

La porte-parole du dernier groupe a demandé à Geneviève Damas de répondre à des questions en un mot, ce qui était une autre forme d'interview qui l'a amenée à répondre de manière très concise et d'aborder rapidement de nombreux sujets. De plus, un nuage de mots a été constitué avec tous ceux qu'elle a mis en évidence, ce qui a permis d'en garder une trace et de réaliser un portait inédit qui caractérise l'écrivaine et ses œuvres notamment sous la forme de mots-clés. 


Vous pourrez lire ci-dessus quelques-unes de ses réponses qu'elle a parfois été amenée à expliciter. Le point positif de sa profession d'écrivaine est, selon elle, la liberté qu'elle offre et son point négatif est la responsabilité qu'elle impose.

En outre, elle dit adorer les romans de Jane Austen, de Romain Gary et de Paul Auster, les fresques sociales et psychologiques qui dépeignent un microcosme. Elle aime comprendre comment l'âme fonctionne, comment l'être humain interagit. 

 

Sixième partie de l'interview

Elle a permis aux étudiants de poser des questions plus librement à Geneviève Damas.

À propos de l'écriture d'un livre, elle met en évidence le fait qu'entre le premier jet et le produit final, il faut énormément travailler, mais le but est que l’effort ne se voie pas. Par exemple, elle a écrit cinq versions de Patricia, elle a dû changer d’éditeur, tout recommencer jusqu'à en être satisfaite. Elle a également évoqué la difficulté de parvenir à la publication d'un premier roman, ainsi que son travail de collaboration avec les maisons d'édition. Malgré la crise sanitaire, elle a prévu de créer dans les prochains mois une version théâtrale de Patricia et elle travaille sur une pièce intitulée Quand tu es revenu, je ne t’ai pas reconnu



Qu'ont pensé les étudiants de ce dispositif à distance ? 

Pour clôturer ce dispositif, il a été demandé aux étudiants d'exprimer leurs avis sur celui-ci. En résumé, ce qu'ils ont le moins apprécié, ce sont les interactions limitées à quatre personnes, alors que tout le groupe était présent derrière son ordinateur. À ce propos, ils proposent une piste d'amélioration : permettre à chaque membre du groupe de poser une question à Geneviève Damas au lieu de prévoir un porte-parole, ce qui aurait permis à chacun d'interagir avec l'auteure et voir successivement tous les étudiants qui ont préparé une partie de l'interview. Certains auraient également souhaité que plus de questions soient posées sur le contenu des œuvres lues.   

Les aspects du dispositif qui ont, au contraire, été appréciés sont les suivants : la bonne organisation de la préparation de l'interview et les supports (affichage des questions de certains groupes), son originalité (le fait de proposer différentes manières de poser des questions en fonction des groupes), mais également la disponibilité, l'humilité, la sympathie et la passion de Geneviève Damas qui ont rendu les échanges vivants, intéressants et même captivants. Malgré la distance due au confinement, cette interview a pu créer une réelle proximité entre les lecteurs et l'auteure. Ils estiment que cette expérience a été enrichissante dans leur formation de professeurs de français et ils sont tentés de la mener avec leurs propres élèves. Ils ont pris conscience que savoir qu'il sera possible d'interviewer l'auteure des livres lus est une source de motivation supplémentaire et renforce l'appétence pour la lecture qui ne se limite pas à une obligation scolaire dans ce cadre-ci.  

Cette interview nous a donc permis de découvrir la personne qui se cachait derrière les romans lus par chacun, sa franchise et son humour notamment, d'en savoir davantage sur la profession d'écrivain, le monde de l'édition, de mieux se rendre compte des nombreuses étapes lors de l'écriture d'un roman. L'interview d'un auteur est riche d'apprentissages pour les apprenants. Bien entendu, il n'est pas possible de mener de nombreuses rencontres lors d'un même cours, mais il existe notamment de brefs podcasts qui portent sur les dessous de la vie d'un livre et d'une maison d'édition et qui sont proposés par « Primo »8.  

Encore merci à Geneviève Damas et aux étudiants qui ont préparé et mené cette interview inédite, mais réellement passionnante ! 

Et bonne lecture de ses livres à ceux qui les découvriront après la lecture de cet article! 




Sylvie Bougelet



1 http://www.promotiondeslettres.cfwb.be/index.php?id=1373.

2 https://www.babelio.com/auteur/Genevieve-Damas/145869.

3 https://www.andriat.fr/genevieve-damas/. 

4 http://theatrelepublic.be/la-solitude-du-mammouth. 

5 Vous pouvez visionner un exemple d'interview Fast and curious sur https://youtu.be/sd1391Q8wVw.

6 Une interview Trou Story est consultable sur https://youtu.be/V79ArW07JQM.

7 Si vous souhaitez en savoir plus sur le portrait chinois, rendez-vous par exemple sur le site https://www.portrait-chinois.com ou http://keezam.fr.

8 Ces podcasts peuvent être écoutés à partir du site : https://www.nouvellesecoutes.fr/primo/. 
V
oir également la recommandation de ce site dans l'article «  Des histoires à écouter » : https://dupala.be/article.php?...

Auteur

Sylvie Bougelet

Maitre-assistante en français et didactique du français. Intérêt particulier pour la didactique de l'écriture et les activités sollicitant la créativité.

Réagissez à cet article

Derniers articles

Pour les vacances...

Exploiter le roman « Les Enfants de Noé »

Interview d'une écrivaine et comédienne confinée : Geneviève Damas

Écrire à plusieurs voix

Des histoires à écouter