Créer un blog littéraire avec ses élèves

Quels sont les avantages du blog littéraire ? Comment et pourquoi l'exploiter en classe ? Un exemple avec le blog littéraire des étudiants en BLOC 1.



Confinement oblige, il est nécessaire de revoir nos pratiques et de proposer des dispositifs d'enseignement à distance. Dans le cadre du cours de littérature jeunesse, chaque année, nous participons à la lecture des sélections des prix Farniente1 et Versele2. L'objectif de ces lectures obligatoires est de permettre un échange, un partage en classe, afin de dégager collectivement les critères de qualité d'œuvres de littérature jeunesse. Mais à l'heure du non-présentiel, comment créer le conflit sociocognitif et favoriser les échanges  ?


Quelques avantages du blog littéraire

1) Une communauté de lecteurs : au service d'une lecture participative

L'objectif principal visé, à travers l'utilisation de ce blog, consiste à créer une « communauté de lecteurs »3, entendue comme un groupe partageant des références communes. 


Dans une communauté de lecteurs, les participants, individuellement et collectivement, essaient, face à des textes variés, d'élargir leur compréhension et leur interprétation ainsi que leur réaction et leur appréciation. Soulignons que l'écriture et la discussion sont les outils essentiels de la communauté de lecteurs, parce que ce sont des manifestations tangibles de la pensée.4


Au regard de cette définition, nous pouvons mieux percevoir pourquoi le blog constitue une forme privilégiée au service de notre objectif. En effet, de par sa nature, le blog s'apparente à une sorte de club de lecture : chacun réagit, donne son avis et conseille (ou non) des ouvrages. Nous constatons que les lignes de forces bougent et que les médias traditionnels (comme la télévision ou la presse) ne sont plus les seuls référents en matière de littérature. De nombreux sites, blogs et autres plateformes numériques dédiées au littéraire font à présent office de prescripteurs5. Le lecteur amateur (ou « profane ») gagne ses galons et de véritables communautés numériques6 (sous différentes formes) orientent les ventes et les choix d'autres lecteurs. Profitant de cette composante collective, le blog littéraire permet d'offrir aux élèves un espace structuré dans lequel auront lieu ces échanges, au service d'une lecture participative asynchronique7 (car les échanges ne s'effectuent pas en temps réel).

À l'heure du numérique, le blog apparait comme une situation de production pour accompagner les lectures littéraires reconnue par les programmes officiels8. Il incarne une médiation de lecture contemporaine qui fait sens, car proche des intérêts des élèves. 


En tant que futurs enseignants, nos étudiants auront en charge de planifier et d'organiser un climat de classe favorable à la réception des textes littéraires. Cette expérience du blog, vécue au sein de leur formation initiale, pourra (en tout cas, nous l'espérons) les sensibiliser à la nécessité d'actualiser leurs pratiques et de proposer un usage scolaire de ces réseaux sociaux, chers à nos adolescents.

 

2) Les échanges : au service d'une lecture interprétative

Le dispositif imaginé pour les étudiants est le suivant : l'enseignante crée un billet pour chacune des lectures obligatoires, imposées dans le cadre du cours. Il est demandé à chacun des étudiants de donner son avis (« Et toi, qu'en as-tu pensé ? ») à la suite d'une brève présentation. La consigne se veut volontairement large, afin de permettre au lecteur de rédiger une réaction singulière, selon la tonalité qu'il estime la plus adéquate et abordant les critères de son choix. Les différentes dimensions littéraires et didactiques ont précédemment été évoquées en classe. L'exercice se veut donc, avant tout, formateur. 

Au fur et à mesure des billets postés, les échanges évoluent vers des réactions aux posts précédents. Certains se positionnent en faveur du roman, d'autres pas. Les arguments, avancés par les uns, sont repris par les autres et discutés . Pour exemples : le statut du vocabulaire employé dans le roman graphique La marche du baoyé ou encore la dimension inédite du roman L'espoir sous nos semelles.

L'unanimité a rarement sa place et chaque étudiant propose ses références personnelles, ses représentations et ses appréciations basées sur son ressenti émotionnel (« Ce livre m'a tiré quelques larmes ! »). Nous observons , à travers ces traces écrites, l'expression d'autres composantes essentielles favorisant la communauté de lecture. À ce titre, les deux enseignantes, titulaires du cours, participent elles aussi à la rédaction de commentaires et adhèrent à cette communauté littéraire. De plus, certaines divergences (authentiques !) quant à la réception d'une œuvre permettent aux étudiants d'oser affirmer leur avis et de créer un climat bienveillant quant à l'accueil des différents billets postés.


L’instauration, grâce aux pratiques hybrides, d’une sphère médiatrice entre la communauté interprétative des élèves (ou les communautés interprétatives au sein d’une même classe ?) et celle du professeur constitue un enjeu d’enseignement et de formation professionnelle. Cette finalité d’enrichissement des pratiques de la littérature par le numérique est fondamentalement démocratique. Elle revient à ouvrir un espace public à des apprentis lecteurs présumés capables de former leurs opinions, de juger par eux-mêmes et de prendre la responsabilité de nouvelles expériences esthétiques.9


À la suite de ces échanges asynchrones, un moment de discussion en sous-groupe est prévu par visioconférence entre étudiants et enseignantes. Dans une situation habituelle, il serait nécessaire d'exploiter en classe les éventuels désaccords ayant émergé sur le blog. Dans les deux cas, la relance à la suite des écrits devra nécessairement se différencier des objectifs poursuivis avec les commentaires en ligne. Pour notre part, nous insisterons sur certaines tensions identifiées et nous relèverons collectivement les différents critères de qualité pouvant être utiles dans la future pratique professionnelle de nos étudiants.



Analyse du dispositif : mises en garde pour les enseignants

Grâce à la lecture du compte rendu de la thèse de Pierre Moinard9 et à l'article de Muriel Baudry10, nous avons été sensibilisées à certaines difficultés potentielles de ce genre de pratiques. Nous vous les présentons brièvement. 

1) L'importance de « l'inducteur » pour mobiliser les élèves lecteurs sur le blog

Nous en avons fait l'expérience également, les étudiants/élèves ne participent pas nécessairement spontanément à l'alimentation du blog de la classe. De nombreux rappels sont nécessaires et il ne s'agit pas toujours de mauvaise volonté. Plusieurs confient éprouver des difficultés à se lancer dans l'écriture, qui plus est, publique dans ce cas-ci. Afin de débloquer cette situation, Muriel Baudry10 conseille de formuler des questions portant sur des analogies ou des gouts personnels. Elle explique également qu'il est nécessaire de demander à l'élève de justifier son idée par le biais de citations, de retours au texte. 


2) La difficulté à articuler ces échanges avec le cours en présentiel

Cette difficulté nous parait légitime, même si, pour notre part, nous n'avons dû que partiellement y faire face. Muriel Baudry explique : « Si les échanges en ligne peuvent être perçus comme stimulants pour les élèves, la relance en classe s'avère souvent artificielle et décevante. »10 Comment, dès lors, utiliser en classe des contenus fournis par le blog, sans être redondant ? Une piste à privilégier serait sans doute de poursuivre des objectifs différents à travers les deux canaux d'enseignement. Les séances en classe constitueraient alors l'occasion d'approfondir certains aspects de la lecture qui ont émergé à travers des commentaires postés sur le blog.


Nous distinguons trois possibilités de relances des échanges selon les équilibres présentés par le fil sur lequel s’appuient les échanges en classe. Le professeur peut susciter :
- un retour sur des désaccords suggérés ou exprimés dans la succession des publications ;
- une interrogation sur le bien-fondé de lectures minoritaires et/ou les limites des lectures majoritaires;
- un questionnement sur la diversité de propositions dont le fil garde trace.
Une discussion peut partir du questionnement des différentes lectures exprimées en ligne pour faire négocier une question de lecture aussi pertinente que possible, par exemple un projet de lecture justifiant l’examen détaillé du texte.9

3) Le rôle de l'enseignant et de son étayage

L'objectif du blog, nous l'avons dit, est avant tout social, participatif et collaboratif. L'accueil bienveillant des posts des élèves constitue donc une condition essentielle au bon déroulement du dispositif. Dans sa thèse, Pierre Moinard constate une difficulté de la part des enseignants à prendre en compte les « manifestations d’un effort cognitif spécifique d'implication dans la lecture »11 . Certains se centrent davantage sur la recherche d'indices spécifiques, témoignages d'une lecture prédéfinie. Cette attitude témoigne d'une compréhension du texte comme clos et se traduit par une tendance au « formatage » des écrits. Dans les billets en ligne, tout comme dans les écrits traditionnels, l'enseignant se doit de « souligner le caractère polysémique de l'œuvre, dû aux réceptions toujours différentes qu'elle suscite »12. La vision textualiste, post-structuraliste, défendant le texte pour lui-même (isolement et fonctionnement immanent du texte) évacue le « sujet » (ici le lecteur) de l'acte littéraire. A contrario, dans le cas du travail d'étayage fourni par l'enseignant, l'objectif poursuivi par ce dernier consiste à aider l'élève à formuler sa propre opinion et donc à se positionner comme « sujet lisant » au sein de la communauté/classe. 


Les aperçus sur les conduites professorales, quant à eux, indiquent que l’établissement des échanges asynchrones a mis à l’épreuve la progressivité du travail de lecture-écriture. Il n’a pas été facile pour les professeurs de prendre en compte la variété des productions asynchrones pour susciter des retours réflexifs sur des expressions de lectures. La relance des interprétations que pourrait favoriser le partage des billets entre en tension avec la recherche d’une lecture prédéfinie.11


Afin de guider l'enseignant dans ses gestes professionnels, Pierre Moinardpropose un tableau des gestes professionnels à privilégier :



Comment créer le blog littéraire de la classe ? 


1) Présentation de l'outil

L'outil (gratuit) que nous avons utilisé pour construire notre blog est le site www.wix.com
Il est facile à utiliser et comporte de nombreuses propositions pré-configurées (templates), notamment celle du blog littéraire. L'architecture du site étant préétablie, il est aisé de le configurer et de le personnaliser selon les besoins et les envies. 

Découvrez notre blog : 

https://helmofr.wixsite.com/helmofr



2) Fonctionnalités essentielles du blog

Plusieurs fonctionnalités, à visée didactique, nous paraissaient essentielles : 

- une présentation « en liste » des différentes œuvres à commenter, afin de distinguer clairement les sujets des discussions et de permettre à chacun de s'exprimer à propos de l'œuvre de son choix ;

- une organisation chronologique des billets, afin de structurer les échanges ;

- la possibilité de joindre des fichiers aux commentaires (photos, vidéos, liens internet), afin de permettre aux étudiants de référencer des apports personnels et donc de développer leur interprétation en tant que « sujet lisant » ;

- un visuel attractif.



Quelques autres exemples et pistes de prolongement


1) Sophie Gagnon-Roberge

Sophie Gagnon-Roberge est enseignante de français au premier cycle du secondaire, au Québec. Passionnée de littérature jeunesse, elle a rapidement cherché tous les moyens possibles pour partager cette passion avec ses élèves.13

Dans son ouvrage , « Propager le plaisir de lire », elle conseille et explicite son travail de forum littéraire qu'elle a mené via Twitter. Nous lui avions récemment consacré un de nos articles : https://dupala.be/article.php?...


2) Quelques exemples de blogs littéraires scolaires 

- Le blog de la classe de Muriel Baudry : http://blog.ac-versailles.fr/l...

- Le blog i-voix (http://i-voix.net) qui a fait l'objet d'un article dans Le Monde (https://www.lemonde.fr/educati..)


3) Quelques ressources utiles afin de poursuivre la réflexion

- Le site de l'actualité du livre numérique (Fédération Wallonie-Bruxelles) : http://www.lettresnumeriques.b...

- Les actes du 12e colloque de l'AIRDF : « L'enseignement du français à l'ère de l'informatique » (2013)
https://www.hepl.ch/files/live...



Aurélie Cintori


1  Sélection 2020 du prix Farniente : https://www.prixfarniente.com

2  Sélection 2020 du prix Versele : https://www.laligue.be

3 Voir le chapitre 3 : Créer une communauté de lecteurs in J. Giasson, Les textes littéraires à l'école, Bruxelles, De Boeck, 2005, pp. 21-32.

J. Giasson, Les textes littéraires à l'école, Bruxelles, De Boeck, 2005, p. 22.

5 Voir à ce sujet la thèse de Aneta Bassa : « Les mutations de la critique littéraire en France à l’ère du numérique : sites et blogs littéraires, nouvelles formes de prescription et de débat ».
http://larepubliquedeslivres.com

6 Pour plus d'informations, consultez l'article suivant qui répertorie les différentes formes de communautés littéraires numériques : http://www.lettresnumeriques

7  Dans une formation asynchrone, l'échange avec les autres apprenants ou avec les tuteurs s'effectue via des modes de communication ne nécessitant pas de connexion simultanée. Il peut s'agir de forums de discussion ou bien encore de l'échange de mails. (https://eduscol.education.fr)

UEAA 3 : « Défendre une opinion par écrit » in FESeC -D/2014/7362/3/19 - Français - D2D3 P & TQ (p. 108)

Pierre Moinard, « Partage des lectures entre pairs et apprentissages collaboratifs de la lecture littéraire sur des forums et des blogs ». Littératures. Université de Cergy Pontoise ; Université catholique de Louvain (1970-..), 2018. Français. NNT : 2018CERG0928 . tel-02012735
Pour lire le texte complet : https://tel.archives-ouvertes.fr

« Partage des lectures entre pairs et apprentissages collaboratifs de la lecture littéraire sur des forums et des blogs ». Compte rendu de la thèse de Pierre Moinard in La Lettre de l'AIRDF - n°66/2019 (p. 59).

10 « Utiliser régulièrement un blog d'élèves lecteurs en cours de littérature : retour sur les évolutions de pratiques »,  Muriel Baudry in La Lettre de l'AIRDF - n°66/2019 (p. 59).

11 « Commenter des textes littéraires en collaboration sur des forums et des blogs dans le secondaire », Pierre Moinard in Le français aujourd'hui - n°196/2017
https://www.cairn.info

12 Paul Dirkx, Sociologie de la littérature, Paris, Armand Colin, 2000 (p. 113).

13  http://sophielit.ca

Auteur

Aurélie Cintori

Maitre-assistante en français, didactique du français et philosophie. Intérêt particulier pour la lecture, la littérature jeunesse, les voyages, les activités culturelles et les balades.

Réagissez à cet article

Derniers articles

Lisez « Peste et choléra » de Patrick Deville

Le Prix Première Victor vous offre de courts récits d'auteurs belges à écouter !

Enseigner la lecture à voix haute à distance, c'est possible !

L'atelier d'écriture et l'enseignement explicite de l'acte d'écrire selon Lucy Calkins

Histoires confinées