Histoires confinées

Comment gérer les cours de littérature à distance, alors que les bibliothèques et les librairies sont fermées ? Un dispositif à mettre en place pour continuer à se raconter des histoires ...


Donc à la mi-mars, le couperet est tombé : l'école allait fermer, les cours seraient donnés « à distance », les contacts réels (encore privilégiés aux virtuels) allaient être rompus.

D'abord, on a vu le positif : enfin du temps pour lire, pour penser, pour prendre le temps... Et puis il a fallu réfléchir, longuement, aux aménagements, aux manières de faire différemment, de faire malgré tout. Car l'enjeu est bien sûr celui de la formation des étudiants, mais il est aussi de continuer à vivre, de garder le moral, de tenir le coup. Et peut-être, en passant, d'identifier ce qui nous est vraiment essentiel.

Alors on s'est tourné vers la littérature (on ne se refait pas...). On a (re)lu La Peste, de Camus, mais aussi Pars vite et reviens tard de Fred Vargas.1 On a écouté des fables de Lafontaine, notamment Les animaux malades de la peste.2 Et surtout, on a repris le cours de littérature de B2, consacré à la nouvelle, pour constater que la prochaine séance devait être consacrée, justement, à l'origine de ce genre, la novella, qui n'est autre que le Décaméron du grand Boccace.   

C'était pourtant l'évidence ! En 1348, le monde connu subit l'une des plus énormes épidémies de son histoire, la peste noire, rebaptisée « la grande mort », qui décimera, en quatre ans, un tiers de la population européenne. Elle servira de récit-cadre à Giovanni Boccaccio, écrivain florentin, qui relate en langue vulgaire (et non plus en latin) l'histoire de dix jeunes gens issus de la noblesse qui choisissent de quitter la ville, pour trouver refuge dans une villa de la campagne toscane environnante. Ce cadre idyllique de confinement leur permet bien sûr de s'amuser, de s'adonner à la musique et la danse, puis à l'oisiveté. Mais cette dernière a ses limites et bien vite la petite communauté s'impose des règles de vie commune dont celle, essentielle, de se raconter des histoires, au rythme régulier d'une par personne et par jour. On rappellera que le titre de l'œuvre signifie, en grec, dix jours (δέκα = dix, ἡμέρα = jour). On désigne alors un roi ou une reine pour chacune des journées, à qui il incombera d'en choisir le thème. L'objectif étant de se divertir et d'animer l'assemblée, une large place est laissée à la thématique de l'amour et aux rapports humains sous toutes leurs formes (les tours que les femmes ont joué à leurs maris, les tours que les hommes se jouent entre eux) et souvent les plus cocasses. L'ingéniosité et la sagacité de l'âme humaine ne sont pas en reste, ainsi que la faculté de l'homme à se sortir des situations les plus inextricables. On retrouve ainsi dans l'œuvre l'esprit facétieux des fabliaux du Moyen Âge.

Un dispositif

Ma décision était prise, nous allions donc continuer à nous raconter des histoires. En l'absence de villa en Toscane et surtout de possibilité de réunions de groupes, il fallait faire appel à la technologie, qui allait nous offrir un support. J'ai donc proposé aux étudiants de réaliser des capsules vidéos pour y raconter leurs lectures. En ces temps (maudits) de fermeture des bibliothèques, il s'agit donc de raconter l'histoire en entier (pas question de résumé-apéritif ici), de manière à captiver les auditeurs et à leur faire découvrir une nouvelle histoire pour leur changer les idées. 

Pour les étudiants du cours de littérature, l'exercice prévoit deux volets : le résumé de l'œuvre (10 minutes maximum) et l'analyse de celle-ci selon les critères vus au cours. Pour cette deuxième partie, ils sont invités à mobiliser (dans une optique formative, de vérification d'une acquisition satisfaisante des concepts) les notions de narratologie, d'analyse du récit, voire de rhétorique étudiées au cours. 


Ce dispositif est évidemment transposable en secondaire, en remplaçant ce deuxième volet par un jugement de gout étayé par des arguments, avec la consigne suivante : 

Réalise une capsule vidéo dans laquelle tu racontes intégralement, en quelques minutes, un récit qui t'a particulièrement plu. À la fin de la capsule, donne trois raisons pour lesquelles tu as particulièrement aimé ce récit et justifie-les. Pour rendre ta capsule dynamique : entraine-toi avant de l'enregistrer, veille à ne pas lire, sois le plus naturel possible. Pour aider l'auditeur à bien percevoir l'atmosphère de l'histoire et le style de l'auteur, tu peux en lire un extrait.

Pour les élèves du premier degré, l'exercice demandé s'apparente à un compte rendu critique de lecture, genre scolaire prescrit par les programmes. Il est structuré de la manière suivante : les références du texte lu, une partie informative reprenant le contenu (ici intégral) du texte et une partie argumentative visant à convaincre le lecteur des qualités du récit.  
L'accent sera donc mis sur la capacité de l'élève à choisir et présenter des arguments pertinents et convaincants, s'agissant de la lecture qu'il présente. La dimension du résumé n'est évidemment pas négligeable, même si elle est généralement moins privilégiée au premier degré.


Pour le deuxième degré, la consigne peut être plus proche de celle demandée aux étudiants : 

Réalise une capsule vidéo dans laquelle tu racontes intégralement, en quelques minutes, un récit qui t'a particulièrement plu. À la fin de la capsule, énonce les qualités de ce récit en te basant sur ses caractéristiques (narration, action, personnages, etc.) et explique les effets que cette lecture produit sur toi. Pour rendre ta capsule dynamique : entraine-toi avant de l'enregistrer, veille à ne pas lire, sois le plus naturel possible. Pour aider l'auditeur à bien percevoir l'atmosphère de l'histoire et le style de l'auteur, tu peux en lire un extrait.

Au deuxième degré, la capsule offre un très bon support à l'élève pour manifester sa compréhension et son appréciation d'une œuvre littéraire-source (UAA 6). Il relate en effet sa rencontre avec l'œuvre, tout en faisant preuve de son ressenti en l'étayant à l'aide d'éléments du texte. Par ailleurs, l'élève aura préalablement exercé sa capacité à résumer (UAA 2), en produisant un écrit intermédiaire (au minimum un plan, voire un storyboard, de sa capsule).

Quelques conseils


On veillera, autant que possible à distance, à accompagner les élèves dans cette tâche. 

1° Une lecture au choix

Dans ce cadre, il est en effet essentiel de ne pas imposer la lecture présentée à l'élève. Outre le facteur motivationnel non négligeable, qui augmente l'investissement personnel dans la tâche, l'objectif est avant tout de prendre du plaisir en entendant de nouvelles histoires et de découvrir les gouts et autres « coups de cœur » de chacun. En passant, il est probable que le professeur, et c'est appréciable, découvre ses élèves différemment, à travers leurs lectures. 

Enfin, le choix d'une capsule vidéo comme support implique, dans le contexte que nous connaissons, une dimension intime, car on les tourne chez soi (les ados/jeunes adultes se réfugiant bien souvent dans leur chambre, voire sur leur lit, à côté de leur peluche préférée...), ce qui leur confère un caractère authentique et très personnel.

2° Fournir un exemple

Pour se lancer dans une production de ce type, l'élève aura sans doute besoin d'un petit coup de pouce et d'exemples auxquels se référer. Pour ce faire, on lui renseignera des chaines Youtube existantes, où des adolescentes (on constate que, sans surprise, il s'agit de filles), encore appelées « Booktubeuses » font part de leurs enthousiasmes de lecture, critères objectifs et littéraires (ou non) à l'appui. On veillera, bien sûr, à choisir les modèles fournis en fonction de la finalité.3

Dans un tout autre genre, ne résistons pas à retrouver, le temps de quelques brèves séquences, le souvenir de Jean Rochefort, à travers ses délicieuses « Boloss des Belles lettres ». La fraicheur et l'humour qui en découlent étant dus au décalage parodique apporté par le langage « de rue » adopté par le grand acteur et les diverses actualisations. La comparaison avec le travail demandé s'arrêtera là, mais pourquoi bouder pas notre plaisir en ce temps de confinement ? 4

Enfin, le prof se prêtera lui-même à l'exercice, de manière à fournir à l'élève un modèle de ce qu'il attend. Celui permettra également de se livrer un peu davantage lui-même et d'orienter, notamment son analyse, en fonction des notions vues au cours.5

Pour communautariser un peu le défi et élargir le nombre des capsules, rien n'empêche de le proposer également à vos collègues, de manière à varier les approches et les genres (littéraires ou non) ! 

3° Utiliser la structure des textes

Pour aider l'élève dans la construction du résumé de l'œuvre qu'il souhaite présenter, il convient de lui rappeler qu'il s'agit immanquablement d'un texte de type narratif, s'inscrivant, d'une manière ou d'une autre, dans le schéma narratif qui, en principe, lui est familier. Repérer les différentes étapes de ce schéma au sein de son texte lui permettra de structurer son résumé de manière à raconter l'essentiel sans s'égarer ou oublier des étapes. Par ailleurs, si le genre du texte choisi influence plus finement sa structure, il sera pertinent d'en tenir compte aussi.

Prenons deux exemples : 

- le roman (ou nouvelle) policier ou à énigme, qui présente souvent deux récits : celui de l'enquête et celui du délit :

Schéma issu du manuel Parcours et moi. 3e. Bouges, Averbode-Erasme, 2018, p. 221.

- le récit fantastique dans lequel le schéma narratif est adapté comme suit : 

1.

Une introduction : un ou des personnage(s) sont présentés dans un cadre banal et réaliste qui contribuera à authentifier son histoire et à permettre éventuellement au lecteur de s'identifier au héros. But : ANCRER dans le réel.

2.

Un ou des avertissement(s) : quelqu'un ou quelque chose avertit le héros qu'il ne doit pas faire ce qu'il projette de faire ; ou bien, on lui communique des règles à suivre, des interdits.

3.

Une transgression : le héros ne tient pas compte des avertissements, il « s'en moque » ; ou bien, il transgresse volontairement ou involontairement des règles établies, des habitudes.

4.

Une aventure fantastique : le héros, ayant « transgressé » les règles, est entrainé dans une aventure. Des faits qui progressent souvent de l'étrange vers le fantastique se produisent. Ils engendrent le plus souvent une interrogation, une angoisse puis une peur ou une panique.

5.

Une sanction : le retour au quotidien qui marque la fin du récit fantastique n'est pas heureux. Le héros du récit fantastique meurt ou reste marqué négativement par les événements vécus.


Le fait de pouvoir inscrire le récit travaillé dans ces schémas permettra à l'élève de structurer et de calibrer son résumé. Il est évident que la difficulté principale réside dans le fait de sélectionner les épisodes les plus importants et essentiels pour le développement de l'histoire, pour éviter de se perdre et de produire un résumé trop long ; l'écueil inverse étant de ne pas donner les informations suffisantes à l'auditeur qui, frustré, ne sera pas en mesure de comprendre l'intrigue. 

4° Un retour formatif et constructif

Pour ma part, j'ai opté pour un feedback (évidemment formatif) individuel écrit sur un simple fichier word. J'y détaille les qualités du travail selon différents critères portant sur le contenu (qualité du résumé, de la langue, pertinence des critères choisis et de leur analyse), mais aussi de la forme, notamment en termes de paramètres de l'oral (critères paraverbaux et non verbaux) que les étudiants manient et connaissent bien. 

Comme toujours mais a fortiori dans le contexte que nous vivons, ce retour se veut bienveillant, constructif et formateur. Quelques points d'amélioration sont donc aussi soulignés. Naturellement, les écueils existent : certains se perdent dans leur résumé, ne pointent pas les qualités essentielles des œuvres lues, se limitent à des jugements de gout peu argumentés. Cependant, je note une progression évidente par rapport aux premières interventions qui avaient lieu en début de cours de littérature. Une volonté d'étayer les arguments et de se baser sur des critères plus narratologiques ou à tout le moins plus objectivables apparait.

Techniquement 

Pour le volet technique, nul besoin d'être un as de l'informatique pour mettre en place ce dispositif. Le plus simple pour le prof est de se faire envoyer les vidéos par ses élèves via Wetransfer (c'est simple et cela prend quelques minutes). Pour la diffusion (qui peut être limitée ou non aux autres élèves de la classe), deux options : soit vous disposez d'une plateforme de type Elearning rattachée à votre école (dans ce cas, vous l'utilisez, moyennant l'aide du webmaster pour déposer les vidéos) ; soit vous créez un espace « non répertorié » (et donc à accès limité)6 sur Youtube où déposer les vidéos. Dans ce deuxième cas de figure, seuls les destinataires d'un lien que vous envoyez ont accès aux vidéos déposées (et personne d'autre).  

Dans cette période bien morose, tout moment d'évasion étant bon à prendre, ce dispositif devrait pouvoir vous aider à inciter vos élèves à continuer à se raconter des histoires...




Amélie Hanus



1 À cet égard, on réécoutera sur Auvio l'excellente (et un peu prémonitoire) chronique de Pascale Seys (Les tics de l'actu du 5 mars 2020), qui reprenait ces différentes lectures, tout en évoquant elle aussi le Décaméron  https://www.rtbf.be/auvio/detail_les-tics-de-l-actu?id=2608817

2 Par Jean Piat, un regal : https://www.youtube.com/watch?v=nx2al_aJBqM
   Pour ceux qui aiment le genre, Fabrice Lucchini s'y adonne sur Facebook : https://www.facebook.com/LuchiniFan/?eid=ARDqWYzFrBR8izVEWcBapVKilag-hD_CzQIo0qrZG4wkoilgUv-fTagzytb6hik-GSNGhXeKbO8DBCuF

3 Prenons l'exemple de Nabolita (très suivie, qui fait régulièrement des vidéos sur ces lectures avec des critères appréciables) https://www.youtube.com/watch?v=AcYF6mmpPnI

Elle-même cite également : 
- Olalachick : https://www.youtube.com/watch?v=ZLNJp...
- Gypsy Books : https://www.youtube.com/watch?v=plHNN...
- Antastesia : https://www.youtube.com/watch?v=N0gy_...
- Madame Irma : https://www.youtube.com/watch?v=yERXV...
- HajarRead : https://www.youtube.com/watch?v=H_LRM...

4 L'intégrale des « BOLOSS des belles lettres » est accessible ici : https://www.youtube.com/channel/UC32vOdZp-NN4eZZhJrUNR6w

5 Exemple réalisé par l'enseignante au sujet d'une enquête de Sherlock Holmes racontée dans la nouvelle "Les trois étudiants" de Conan Doyle, dans Le retour de Sherlock Holmes (1904) : 

- pour le résumé : https://youtu.be/lc95bRRcAJA

- pour la brève analyse : https://youtu.be/tG9ks-jlLss

6 Un petit descriptif ici : https://www.youtube.com/watch?v=QGKwH8GS8G8



Auteur

Amélie Hanus

Maitre-assistante en français, didactique du français et du FLES, professeure d'italien. Intérêt particulier pour la littérature, la lecture, la musique (classique et jazz), l'organisation d'événements culturels, l'Italie, l'italien.

Réagissez à cet article

Derniers articles

Lisez « Peste et choléra » de Patrick Deville

Le Prix Première Victor vous offre de courts récits d'auteurs belges à écouter !

Enseigner la lecture à voix haute à distance, c'est possible !

L'atelier d'écriture et l'enseignement explicite de l'acte d'écrire selon Lucy Calkins

Histoires confinées