Accueil de l'écrivaine Katia Lanero Zamora

Cet article présente les activités menées lors de la rencontre d'étudiants avec l'écrivaine belge Katia Lanero Zamora et une analyse de celles-ci.

Présentation de Katia Lanero Zamora 

C’est le lundi 8 mai 2023 que nous, les étudiants du bloc 2 et plusieurs enseignantes du régendat en français, avons eu l’honneur d'accueillir l’autrice belge d'origine espagnole Katia Lanero Zamora. Nous avons organisé une matinée constituée de plusieurs activités qui ont notamment permis d’exploiter son roman La Machine (tome 1).


BIOGRAPHIE1

Katia Lanero Zamora est née en 1985 à Liège. Dès l'enfance, elle a été passionnée par la lecture et elle a découvert la fantasy. Elle a réalisé ses études à l'Université de Liège : une licence en langues et littératures romanes, puis un master de communication en métiers du livre. Après ces deux formations, elle a été chargée de relations avec les écrivains à la Société civile des auteurs multimédia (Scam). Elle s’est ensuite occupée du volet numérique de la collection Espace Nord de Cairn.info, pendant 3 ans.  En 2010 et 2011, elle a écrit deux albums jeunesse parus aux éditions Luzabelle : Albigondine est une fée et Günther le Menteur. En 2012, elle  a sorti le premier tome de sa trilogie : Chroniques des hémisphères, Le bal des poussières. Depuis septembre 2017, Katia Lanero Zamora travaille, au sein du pôle fiction de la RTBF, en tant que conseillère en écriture pour les séries belges. En 2018, elle a publié la nouvelle Oasis et le roman Les Ombres d'Esver publié aux éditions ActuSF2. Le passé de ses grands-parents en Espagne semble l’avoir fascinée et énormément inspirée puisqu’elle en a fait la base du roman paru en 2021, La Machine. Elle est, nous a-t-elle dit, « nostalgique d’une Espagne qu’elle ne connait qu’à travers la mémoire de sa famille ». Le deuxième tome du roman, Les fils du feu, est paru en mars 2023.


SON ROMAN : La Machine

Voici la présentation de ce roman sur le site de l'éditeur : https://www.editions-actusf.fr...

 Nés dans le confort de la famille noble des Cabayol, Vian et Andrès sont deux frères inséparables. Mais dans un pays où la révolution gronde et où les anciens royalistes fourbissent leurs armes pour renverser la toute jeune République, ils vont devoir choisir leur camp... Grande fresque familiale où les batailles politiques rejoignent les bouillonnements personnels,  « La Machine » est une œuvre forte, absolue et puissante.  Après son roman très remarqué « Les Ombres d’Esver », Katia Lanero Zamora nous y dessine des destins inoubliables.





Les moments forts de la rencontre

ACTIVITÉ D'INTRODUCTION

Le premier groupe d’étudiants a accueilli Katia Lanero Zamora en lui proposant une interview sous la forme d'un « draw my life » (qui est, généralement, une vidéo dans laquelle l'auteur raconte sa vie avec des dessins et une voix off) adapté. Différents dessins projetés (réalisés par l’étudiante erasmus, Ioana Calapod) et des questions des animateurs à leur propos ont amené l'écrivaine à parler de sa vie. Pendant cette première interview de la matinée, elle nous a parlé de son enfance et de son adolescence, en révélant des détails intéressants. Par exemple, elle a parlé de son café préféré pour lire et écrire pendant ses études, qui se trouvait devant le Perron, sur la place du Marché à Liège. Elle a dévoilé le fait qu’elle savait déjà, depuis l’école primaire, qu’elle voulait devenir écrivaine et que c’est pour cela qu’elle a dévoré des centaines de livres à la bibliothèque à laquelle ses parents l’avaient inscrite. Elle a aussi parlé de son expérience à l’Université de Liège. Son rêve a toujours été celui de travailler dans le monde du cinéma, mais elle n'a pas pu fréquenter les cours qui pouvaient l'y préparer à l’Université de Louvain-la-Neuve, ce qui explique son inscription à celle de Liège. Après ses études, elle a quand même pu accéder au monde du cinéma et travailler comme scénariste, en parallèle à son métier d’écrivaine qu’elle poursuit par passion. Elle a aussi évoqué la difficulté de vivre de son écriture sans une autre activité rémunératrice.                                       

                                                Dessins d'Ioana Calapod 



ACTIVITÉ DE LECTURE

Après l’activité d'introduction, le deuxième groupe d’étudiants a commencé par amener les participants à se souvenir de leur lecture du roman de Katia Lanero Zamora, La Machine, en leur posant des questions sur l’histoire et les personnages. Cette phase était essentielle pour rappeler à chacun les évènements principaux avant de passer à l’activité suivante : une adaptation d'un « speed dating ». Il s'agissait d'une activité dynamique durant laquelle les participants étaient placés face à face sur deux lignes et, à chaque question en lien avec le roman posée par l’animateur, ils étaient amenés à y répondre, à échanger à partir du livre. Voici quelques exemples de questions : de quel personnage pourrais-tu être l'ami ? Pourquoi?  Aurais-tu pris la même décision que Vian lors de sa désertion ? Quelle serait la meilleure adaptation du livre (une bande dessinée, un film, une série, ...) ? T'attendais-tu aux évènements racontés à la fin du tome 1 ? Après un bref échange pour répondre à chaque question, une des deux lignes de participants se décalait pour favoriser des échanges avec une personne différente pour chaque réponse. Tous les participants, les étudiants, les enseignantes et l’écrivaine même, étaient enthousiastes, ce qui a créé une atmosphère détendue et conviviale. 


Le groupe a ensuite réalisé une activité de lecture à dévoilement progressif, pendant laquelle les participants, par groupes, devaient formuler des hypothèses sur la suite du tome 1 de La Machine dont la fin avait été rappelée, avant de les comparer avec le début du tome 2 qui leur était fourni. Après la lecture de l’incipit du tome 2, ils étaient amenés à vérifier si leurs hypothèses se confirmaient ou non et éventuellement à les ajuster en fonction des nouveaux indices relevés dans le texte. L’activité s’est terminée par une socialisation orale des hypothèses des différents groupes qui ont pu partager leurs idées avec la classe et échanger avec Katia Lanero Zamora.



ACTIVITÉ D'ÉCRITURE

Le troisième groupe d'étudiants a commencé par lire un extrait du roman La Machine où une violente dispute éclate entre différents personnages. Les participants ont été amenés à répondre à plusieurs questions sur le contexte de l'extrait et les personnages. Il a été nécessaire de relire différents extraits concernant l'un d'eux, en particulier pour se souvenir de ses caractéristiques, de son caractère notamment. Après l'explication des consignes, ils ont ensuite participé à une activité de réécriture de l'extrait lu relatant une dispute avec la contrainte d'y intégrer le personnage qui avait fait l'objet de plus de rappels et un dialogue entre celui-ci et un autre. Après la réécriture du texte, plusieurs participants volontaires ont partagé leur production avec l'ensemble du groupe et reçu un feedback sur celle-ci des auditeurs et de l'écrivaine. Pendant cette activité, malgré sa brièveté (50 minutes), les étudiants ont cherché à mettre en œuvre les différentes étapes des ateliers d’écriture suggérées par Odile Pimet et Claire Boniface3: les phases de motivation, de production, de communication et de réactions sur les textes.




INTERVIEW

Après une pause conviviale qui a permis de pouvoir échanger librement après les premières activités vécues et de déguster les collations réalisées par les étudiants, le quatrième groupe a animé l'interview de Katia Lanero Zamora. Ils l'avaient conçue sous la forme d'un « late show », émission télévisée typiquement américaine composée généralement d'une interview, mais aussi de sketchs humoristiques et de prestations musicales.

Dans ce cas-ci, l'interview menée lors de la rencontre avec l'écrivaine belge a été divisée en plusieurs parties :
1) celle sur la profession d'écrivaine (notamment ses rituels d'écriture, son rapport avec les lecteurs et avec ses collègues, ce qu'elle souhaiterait modifier dans ce métier) ;
2) celle sur ses œuvres, en particulier La Machine (notamment son choix d'aborder des thèmes tels que la politique ou l'homosexualité, ses sources d'inspiration) ;
3) celle sur sa vie et ses projets en cours ou futurs (littéraires ou autres).

Dans un premier temps, les étudiants ont posé différentes questions à Katia Lanero Zamora. Dans un deuxième temps, ils ont invité le public à en formuler également. 


Cette interview nous a permis d'en savoir plus sur elle, ses rituels d'écrivaine, sa manière d'envisager ce métier ainsi que celui de scénariste, la difficulté de vivre de sa plume et deux de ses œuvres, La Machine et Les Ombres d'Esver. Elle a constitué un moment très enrichissant de la rencontre qui a captivé chacun des participants.


ACTIVITÉ DE CLÔTURE

Le dernier groupe d'étudiants a organisé une activité afin de clôturer la rencontre. Ils ont élaboré deux affiches différentes : l'une consacrée aux points forts et l'autre relative aux pistes d’amélioration concernant la matinée. Chaque participant a reçu deux personnages en papier en train de manifester afin de noter sur ceux-ci les éléments que chacun a appréciés ou moins appréciés. Ces manifestants font référence au roman La Machine qui évoque une région où la révolution gronde. Ensuite, chacun a fixé les papiers exprimant son avis sur les affiches. Ils ont été lus par un animateur qui a, grâce à ceux-ci, réalisé un bilan des activités vécues. 

Ensuite, par groupes de quatre, les participants ont été amenés à écrire un slogan qui résumait la matinée. Pour rendre l’activité plus ludique, chaque groupe devait ensuite passer devant le public en scandant son slogan. Pour terminer la rencontre, les étudiants ont demandé à Katia Lanero Zamora de partager également son avis sur celle-ci.


Qu'en retenir ? L'avis des étudiants ...

D’une manière générale, les activités ont beaucoup plu aux étudiants. Cependant, ils déplorent un manque de temps pour la réalisation de celles-ci. En effet, une journée complète aurait permis de leur consacrer tout le temps nécessaire, de les développer et de les approfondir.

Certains auraient également apprécié que l'autrice s'exprime encore plus pour partager davantage son expérience, ses connaissances. Le plus important est que Katia Lanero Zamora ait apprécié cette matinée qui a notamment permis de mettre à l'honneur son roman, La Machine. Elle a été touchée par l’intérêt que nous lui avons montré.

Grâce à cette rencontre, nous avons appris qu’il ne faut pas être trop ambitieux en ce qui concerne les activités lors de l'accueil d'un écrivain. En effet, il est préférable de réaliser peu d'activités, mais de manière plus approfondie plutôt que d’en prévoir trop et de ne pas pouvoir y consacrer le temps nécessaire.

Nous avons également appris à collaborer, d’une part lors de la préparation des activités en sous-groupes et, d’autre part, lors de la réalisation de celles-ci lors de la rencontre. Nous avons aussi appris à exploiter un ouvrage de diverses façons, dans le cadre d'activités de lecture et d'écriture.

Recevoir un auteur en classe présente de nombreux avantages pour les élèves. Voici quelques-uns des intérêts principaux à nos yeux :

1. Inspiration et motivation :
La présence d'un auteur à l'école peut susciter l'enthousiasme et l'intérêt des apprenants. Ils ont l'occasion de rencontrer une personne réelle qui a réussi à écrire et à publier un ou des livre(s), ce qui pourrait encourager certains à poursuivre leurs propres projets liés à l'écriture.

2. Interaction directe :
Les élèves peuvent interagir directement avec l'auteur, lui poser des questions sur son processus d'écriture, ses sources d'inspiration, les défis qu'il a dû relever, etc. Cette interaction favorise un échange authentique et peut leur permettre de s'informer sur le métier d'écrivain et de percevoir toutes les étapes nécessaires pour écrire et publier un ouvrage.

3. Compréhension de l'œuvre : 
La présence de l'auteur en classe offre également aux apprenants une opportunité unique de mieux comprendre un de ses livres. L'écrivain peut donner des informations sur les thèmes, les personnages, les choix stylistiques par exemple et répondre aux questions spécifiques des élèves. Cela permet d'enrichir leur lecture, d'approfondir leur compréhension et peut les inciter à explorer davantage les publications de l'auteur.

4. Apprentissage de l'art d'écrire :
Les auteurs invités peuvent partager des conseils d'écriture, des techniques et des démarches avec les élèves. Ils peuvent parler des différentes étapes de la création d'un livre, des recherches préalables à l'écriture et à la révision du texte. Les élèves peuvent ainsi acquérir plus de connaissances sur l'écriture et améliorer leurs propres compétences de scripteurs.

5. Sensibilisation à la littérature :
La venue d'un écrivain en classe peut aussi susciter l'intérêt des élèves pour la lecture et la littérature en général. En effet, dans ce cadre, les élèves peuvent découvrir des œuvres littéraires variées (des romans, des albums jeunesse et des nouvelles dans le cas de Katia Lanero Zamora par exemple), ce qui peut élargir leur horizon et les encourager à explorer de nouveaux genres ou styles d'écriture.

6. Stimulation de la créativité :
La présence d'un auteur pourrait également encourager les apprenants à exprimer leur propre créativité. En effet, l'écrivain peut partager des histoires inspirantes, des anecdotes personnelles et des exemples concrets qui ont pu stimuler son imagination (une image d'un manoir qui a été le point de départ du roman Les Ombres d'Esver dans le cas de Katia Lanero Zamora, par exemple) et qui peuvent donner des idées aux élèves, les inciter à écrire leurs propres histoires à partir d'éléments déclencheurs semblables.


En résumé, recevoir un auteur en classe offre aux élèves une occasion précieuse d'apprendre directement d'un expert de l'écriture, de bénéficier de son expérience, de lui poser des questions, de mieux comprendre son œuvre et d'améliorer leurs propres compétences littéraires. C'est une expérience enrichissante qui peut avoir un impact positif sur leur motivation, leur créativité, leur appétence pour la lecture et l'écriture.

Pour transposer la rencontre vécue dans l'enseignement secondaire, il faudrait que nous apprenions à prendre contact avec un auteur3. Une activité de lecture d'un livre de l'écrivain devrait être réalisée en amont, avant la venue de l’auteur, ainsi qu’une exploitation de celle-ci afin de vérifier et d'approfondir la compréhension de l’œuvre par chaque élève. Lors de la rencontre, il est possible de prévoir deux types d’activités : celles préparées par les élèves, d’autres qui pourraient être animées (si possible) par l’auteur, éventuellement en collaboration avec l'enseignant.



Pétronille Bollen, Ema Docquier, Daphné Feiter, Sara Spano, étudiantes du bloc 2
et leurs enseignantes Sylvie Bougelet, Aurélie Cintori et Amélie Hanus 




1.  https://objectifplumes.be  et https://fr.wikipedia.org 

2. L'écrivaine présente aux lecteurs son roman sur le site de l'éditeur : https://www.editions-actusf.fr...

3.  Odile Pimet et Claire Boniface évoquent les étapes habituelles des ateliers d'écriture dans leur ouvrage intitulé Les ateliers d'écriture (publié chez Retz, en 1992 pour la première édition).

4.  Pour connaitre les démarches pour accueillir un auteur en classe, le site suivant peut être consulté : https://objectifplumes.be/comp...

Auteur

Sylvie Bougelet

Maitre-assistante en français et didactique du français. Intérêt particulier pour la didactique de l'écriture et les activités sollicitant la créativité.

Réagissez à cet article

Derniers articles

Exploitation de l'album « L’Argent » avec des élèves de 3e commune

Visite à la Foire du Livre

Lire, le propre de l’homme ?

Album (37) : « Le petit robot de bois et la princesse bûche » de Tom Gauld

Pourquoi écrire et pourquoi aller à l'école?