Inclure sans exclure. Les bonnes pratiques de rédaction inclusive

La Fédération Wallonie-Bruxelles vient de publier un manuel de rédaction inclusive. Ce guide donne des conseils pratiques pour mettre en œuvre une écriture incluante et produire des textes lisibles et accessibles à tous.

PRÉFACE

Lisez Inclure sans exclure.

Vous y apprendrez comment rédiger en prenant garde que les femmes et les hommes soient également présents dans votre écrit. Le sexisme est au nombre des discriminations ; il se rencontre parfois dans la langue, ou du moins dans ce qu’on en fait.

La langue française est-elle sexiste ? Vous saurez, en suivant un exposé d’une rigueur exemplaire, ce qu’est le genre grammatical, la dualité du masculin, les cas (pas si fréquents) qui requièrent que les deux genres soient affichés, la différence entre la marche de la langue et la description, parfois orientée, qu’on en donne. Vous comprendrez que la langue a son histoire et sa logique, que la meilleure intention ne saurait corrompre.

Vous saisirez, enfin, l’éminente complexité de ce que l’on nomme « la politique linguistique », c’est-à-dire les mesures publiques prises en faveur de la langue et des personnes qui l’emploient. Ces actions doivent équilibrer des exigences de progrès différentes, sinon contradictoires : la lutte contre les exclusions, l’attention portée à la lisibilité des textes, la promotion d’une maitrise aisée de l’écriture.

Lisez Inclure sans exclure pour le brio, la finesse et la portée de sa démonstration. Respectant le savoir comme la cause des femmes, soucieuses d’harmoniser les progrès, observatrices engagées et lucides, Anne Dister et Marie-Louise Moreau nous offrent une incomparable leçon de science et de civisme.

Bernard Cerquiglini

Auteur de Le La Ministre est enceinte. Ou la grande querelle de la féminisation des noms (Seuil)
Professeur émérite de l’Université de Paris Recteur honoraire de l’Agence universitaire de la Francophonie Membre de l’Académie royale de Belgique



En guise de conclusion, les deux linguistes vous proposent cinq conseils phares applicables facilement :

1. Utilisez toujours des noms féminins pour renvoyer à une ou à des femmes.
2. N’essayez pas à tout prix d’éviter les noms masculins.
3. N’écrivez rien qui ne puisse être dit normalement à l’oral.
4. Ne recourez pas aux doublets abrégés : évitez par exemple « rédacteurs·trices ».
5. Si vous enseignez le français, changez la formulation de la règle « Le masculin l’emporte sur le féminin ». Dites plutôt « Le genre masculin s’utilise aussi pour les ensembles mixtes ».



Cliquez ci-dessous pour télécharger le manuel en version PDF 

Inclure-sans-exclure


Vous pouvez également consulter le manuel sur le site de la Direction de la langue française :
http://www.languefrancaise.cfwb.be/index.php?id=16744 
Ou le commander à l'adresse suivante: languefrancaise@cfwb.be


Réagissez à cet article

Derniers articles

REBONDS : une sélection de titres pour ados et des fiches-tremplins

Inclure sans exclure. Les bonnes pratiques de rédaction inclusive

Quand et comment dire la grammaire à l’école ?

Écrire pour s'exprimer et partager son vécu

Briser la glace... avec un masque ???