Album (28) : « Les Vermeilles » de Camille Jourdy

Pépite de la bande dessinée au Salon du livre de Montreuil 2019, prix de l'album jeunesse 2020 à Angoulême et une mention à la Foire de Bologne 2020 : cet album BD multiprimé fourmille de péripéties vécues par la jeune héroïne, Jo.





Informations bibliographiques

Autrice et illustratrice : Camille Jourdy
Editeur : Actes Sud BD
Format : 19,4 x 2,4 x 25,3 cm


Le mot de l'éditeur

Beau temps pour un pique-nique ! Pas pour Jo, la cadette, qui fuit sa famille recomposée le temps de se perdre dans une forêt mystérieuse, loufoque et pleine de vermeilles. Camille Jourdy offre aux jeunes lecteurs un récit initiatique de haute voltige.

https://www.actes-sud.fr/catal...

PRÉSENTATION DE L'ALBUM

Dès les premières pages, le lecteur est plongé dans un monde merveilleux peuplé de petits êtres, parfois désuets, au verbe toutefois bien moderne ! Le ton est donné : les références classiques seront revisitées tout au long de l'album et l'humour caustique, plutôt ancré dans la réalité adulte, se distillera dans les nombreuses péripéties de la jeune Jo. 


La commutation des lettres dans le titre de l'ouvrage, Les Vermeilles, ainsi que les premières pages permettent d'emblée d'identifier la référence à Alice au pays des merveilles. Tout comme l'héroïne classique, Jo tente d'échapper à une réalité qui ne lui convient pas (ici : le divorce de ses parents) et bascule dans un monde imaginaire peuplé de créatures variées et diverses. Le passage du tunnel (plutôt que du terrier) conduit Jo dans le monde des Vermeilles (plutôt que des merveilles). La construction du récit se veut elle aussi de facture classique : au fur et à mesure des personnages et des épreuves rencontrés, la jeune fille grandit, murit et en apprend davantage sur la complexité de la vie. De plus, dans sa quête, pareillement à Alice qui affronte la Reine de cœur, Jo doit lutter contre un personnage tyrannique qui abuse de son peuple : l'Empereur Matou (« On l'appelle l'empereur, mais c'est juste un gros vilain matou. Il veut tout commander et ceux qui ne sont pas d'accord, il les attrape et les enferme. », p. 16).

Cette référence assumée et assurée constitue le terreau (l'hypotexte1) du détournement. L'autrice ajoute une touche de modernité en confrontant ses personnages à des situations proches des préoccupations des lecteurs contemporains. L'humour nait de l'aménagement que subissent ces personnages issus du monde imaginaire : normalement préservés (c'est-à-dire dépourvus de caractéristiques propres puisque enfermés dans leur rôle archétypal), ils sont ici porteurs d'attributs contemporains. Physiquement et moralement, ceux-ci évoquent des préoccupations modernes et représentent des stéréotypes sociaux de notre époque. Citons, entre autres, les personnages suivants : Maurice, le renard qui souffre de surcharge pondérale et n'ose avouer son amour à Véro ; Jane, la femme-singe qui incarne l'intellectuelle rebelle au t-shirt gothique ; Mimi, la maman chat qui gère les conflits et l'organisation de la tribu d'une main de maitre ou encore le valet efféminé qui n'ose se battre et qui est secrètement amoureux de Maurice. Chacun de ces personnages secondaires incarne une réalité sociale contemporaine. Et finalement, ce petit monde s'avère bien plus hétérogène que dans les contes traditionnels, pour le plus grand bonheur des lecteurs !


Quant à Jo, notre jeune héroïne, son évolution dans cette aventure va lui permettre de grandir et d'en apprendre davantage sur les réalités de la vie des adultes. En ce sens, ce récit constitue une quête initiatique qui s'inscrit dans une tradition bien ancrée de la littérature de jeunesse. Rappelons que, selon Paul Aron2, le récit initiatique (ou récit d'initiation) comprend deux catégories de textes : ceux qui suivent les étapes de la formation d'un personnage et ceux qui racontent une histoire qui est destinée à la formation du lecteur. Dans le cas de notre album, les deux catégories se rejoignent. 


CARACTÉRISTIQUES

Les multiples prix remportés par cet album attestent de sa richesse. Les jurés de trois prestigieux grands prix (Montreuil 2019, Angoulême 2020 et Bologne 2020)3 ont dévoilé les nombreuses qualités de cet album. D'un point de vue didactique, certaines nous semblent essentielles à souligner en vue d'une exploitation future. 


1) L'héroïne

Jo est une jeune adolescente issue d'une famille recomposée. En camping avec son père et sa belle-famille (belle-mère et belles sœurs), elle s'éloigne de l'emplacement et envisage une fugue (« Eh bien j'habite ici maintenant, je vais construire une cabane et ce sera chez moi. Je me coucherai très trad et je n'irai plus jamais à l'école. J'ai fugué pour toujours. Ça leur apprendra. Ma belle-mère est une vraie sorcière. Je la déteste ... En plus elle a deux horribles filles. », pp. 4-5). 

La modernisation des personnages commence avec notre héroïne, petite fille pas vraiment innocente, proche de l'enfance et parfois agaçante qui s'avère moins naïve que le héros traditionnel. En effet, elle assume sa fugue et explique que sa maman ne lui manque pas, que « ça lui fera les pieds » (p. 21) quand elle se rendra compte de sa disparition. L'origine du passage dans le monde merveilleux ne résulte pas d'une rencontre fortuite, mais elle s'avère le résultat d'une volonté malintentionnée de la part de Jo. L'innocence de l'enfance est paradoxalement relativisée (« Je dirais plutôt une espèce de chipie ... Enfin, c'est ce que dit mon père. », p. 50). D'ailleurs, plus loin, nous découvrons qu'elle a « piqué le casque audio de sa fausse sœur qui doit faire une de ces tronches » (p. 55). À nouveau, l'intention de Jo est peu louable et ses motivations (le sens de sa quête) peu morales.

Toutefois, au fur et à mesure des épreuves, Jo va se révéler. Peu à peu, elle quitte son point de vue égocentrique de petite fille gâtée afin de s'ouvrir aux autres et découvrir qu'elle peut se rendre utile, en aidant la communauté dans laquelle elle a atterri. L'évolution psychologique de l'héroïne permet donc de combler les deux fonctions du récit initiatique précédemment évoquées, à savoir, la formation d'un personnage et, de manière corollaire, la formation du lecteur. En effet, le processus d'identification étant facilité par la modernisation de l'héroïne, le jeune lecteur pourra lui aussi, par procuration, évoluer dans son rapport au monde et aux autres (par exemple, en quittant une colère ressassée). 

De nombreux personnages secondaires aident, voire guident Jo dans son évolution. En ce sens, nous pourrions les qualifier de « mentors », dans la mesure où ils participent à sa « transition vers une conscience supérieure »2. Citons tout d'abord Maurice, le renard dodu, qui après des débuts difficiles va finalement se lier d'amitié avec Jo et la défendre contre de multiples dangers, ou encore Pompom, le chien à six pattes qui est le premier à croire en Jo. 


Plus loin, dans l'aventure, Jo rencontre trois vieilles dames dans une maison reculée qui sont les gardiennes du chemin vers le château (« Il faut traverser la bicoque des vieilles biques, ultime épreuve de l'épopée épique... », p. 105). Celles-ci discutent de l'amour et de leurs différents prétendants. Lors de cette conversion, Jo se confie quant à la séparation de ses parents et bénéfice, non sans humour, du point de vue de ces femmes sages et expérimentées.

Même le grand méchant, l'Empereur Matou, participe à l'évolution de Jo, lui faisant comprendre que tout n'est pas noir ou blanc et que finalement la famille constitue une ressource essentielle dans la vie de chaque individu. La quête identitaire de Jo correspond donc aux caractéristiques du récit initiatique théorisées par Aron, accompagnée d'une touche de modernité facilitant l'identification du jeune lecteur.

Un schéma narratif récurrent semble se manifester. Il met en scène un héros jeune (souvent de sexe masculin) et un Mentor, une série de séquences d'apprentissage, et une phase de transition vers une conscience supérieure. (...) Le récit initiatique mobilise le récit et les mystères et postule souvent qu'échapper à la réalité quotidienne, c'est pénétrer dans le non-rationnel.


2) Le merveilleux

Comme le précise la définition retenue ci-dessus, le merveilleux occupe une place importante dans la mesure où il permet à l'héroïne d'échapper au réel, au rationnel. Cette évasion dans un monde ne respectant pas les mêmes normes permet à Jo, comme au lecteur, de mettre à distance sa propre réalité, de la mesurer à l'aune d'un univers a priori différent, mais défendant finalement des valeurs similaires. Nous pensons ici à la place de la famille (de la mère en particulier) qui sera régulièrement questionnée, notamment à travers le personnage de Mimi, la maman chat qui s'occupe seule de son petit chat et qui doit tout gérer. Il sera également question de l'amitié, de l'entraide, de la collaboration et puis de la résistance, de l'opposition. Toutes ces expériences que Jo va vivre dans le monde merveilleux lui permettront de prendre conscience de la chance qu'elle a et l'aideront à relativiser et à dépasser sa colère. 

Les aquarelles de Camille Jourdy participent pleinement à la construction de cet univers merveilleux. Le recours aux couleurs douces et chatoyantes plonge le lecteur dans un univers onirique, truffé de références à l'enfance (ex : les petits poneys, chat perché, le jeu des petits chevaux...). 



3) L'humour

La tonalité humoristique de cet album favorise le rapprochement entre les deux mondes. L'écart entre le monde rationnel et le monde merveilleux s'amenuise au fur et à mesure du développement de cette portée humoristique. Tout au long de l'histoire, le lecteur prend conscience que les préoccupations des habitants du monde merveilleux s'apparentent à celle du monde réelle. 

Au final, ils font face aux mêmes difficultés ! Le passage, par exemple, de la discussion entre Pompom et Jo est représentatif de l'incompréhension des adultes confrontés au vocabulaire employé par les plus jeunes. Plus loin, quand Maurice, Pompom et Jo arrivent au château, il leur faut trouver le code à entrer pour ouvrir la porte. À nouveau, le réel s'immisce dans l'imaginaire puisque Jo suggère le nombre 1789, en référence à la révolution française. Cette combinaison constitue d'ailleurs un indice important quant à la suite de l'histoire, puisque peu après, les vermeilles vont se rebeller et renverser l'empereur. De nombreux jeux sur la langue renforcent la connivence avec le lecteur et permettent différents niveaux de lecture. 


4) Références littéraires nombreuses - intertexualité 

Dans son interview4 réalisée lors du Festival d'Angoulême, Camille Jourdy5 explicite les références qui l'ont guidée lors de la création de son album. Elle explique également que de nombreux lecteurs identifient des références auxquelles elle n'avait pas pensé. Certaines nous semblent aisément accessibles, notamment grâce aux productions de Disney, comme Alice au pays des merveilles, Peter Pan, Cendrillon, Robin des Bois ou Pinocchio. D'autres, par contre, relèvent de références littéraires plus spécifiques : Peau d'Âne, Max et les Maximonstres ou encore la hache d'un des Trois brigands de T. Ungerer. Enfin, certaines sont issues de la culture populaire des années 90 (ex : références aux Petits Poneys ou à l'Inspecteur Gadget), quand d'autres sollicitent des références culturelles plus complexes ( ex : les Moires dans la mythologie grecque ou Huis Clos de Jean-Paul Sartre).

Quoi qu'il en soit des connaissances sur le monde du jeune ou du moins jeune lecteur, chacun pourra aisément s'essayer au jeu de l'intertextualité et s'amusera rapidement des clins d'œil assumés par l'autrice.





Pistes d'exploitation envisagées

De multiples activités peuvent être menées au départ de cet album comportant, comme nous l'avons souligné, de nombreuses qualités didactiques. Nous ciblerons en particulier les activités de littératie. 

LIRE

1. Retracer le parcours de Jo
--> Dans un premier temps, l'élève doit retracer le parcours de Jo, l'héroïne, afin d'identifier les différentes étapes de son aventure et de sa quête. Cette étape de clarification constituera l'occasion de sensibiliser les élèves aux caractéristiques du récit d'initiation. 

2. Identifier les caractéristiques des Vermeilles
--> Bien qu'il s'agisse du titre de l'ouvrage, les Vermeilles (ces petits poneys colorés) n'apparaissent que ponctuellement dans le récit. Afin d'éclaircir le choix du titre et l'importance de ces dernières par rapport à la quête de Jo, il conviendra de relever les différentes caractéristiques de ces créatures (ex : « Elles sont plutôt gourmandes. Par contre elles ont horreur qu'on les oblige à faire quoi que ce soit. », p. 56) et leurs rôles en lien avec les différentes péripéties de Jo. Il apparaitra dès lors qu'elles constituent l'élément de résolution, permettant à Jo et ses compagnons d'aboutir dans leur quête. 


3. Identifier les différentes références intertextuelles
--> Comme précisé précédemment, l'album regorge de références intertextuelles et intericonographiques. Afin de sensibiliser les élèves à cette dimension, l'enseignant, à titre d'initiation, pourra leur soumettre différentes vignettes issues du roman et les questionner quant aux références identifiées. Une complexité croissante sera nécessaire et permettra certainement un prolongement vers d'autres œuvres citées. 



4. Réaliser une lecture à dévoilement progressif, émettre des hypothèses quant à la suite de l'histoire
--> L'exercisation des élèves au processus de prédiction pourra être menée grâce à différents moments de l'histoire. Au départ des indices relevés ou fournis par le texte et l'image, l'élève sera encouragé à émettre des hypothèses quant à la suite de l'histoire. 
Exemple : lorsque Maurice et Jo doivent entrer le code pour que la porte du château s'ouvre. Jo propose : « On n'a qu'à essayer celui de mon immeuble. Maman dit que c'est le même partout ...1...7...8...9. C'est la révolution. Hé ! Ça marche. » (p. 118)
Sur la base de cet extrait, on demandera à l'élève d'imaginer la suite de l'histoire. 


5. Analyser la chanson finale et dégager la morale de l'histoire
--> Les dernières pages de l'album (pp. 147 à 153) clôturent la quête de Jo d'une manière poétique. Tour à tour, différents personnages prennent la parole et s'expriment quant à leur ressenti suite à cette aventure. Il pourra être utile d'analyser la portée métaphorique de cette chanson et de comprendre l'impact qu'elle a sur Jo et sur sa décision finale. La morale de l'histoire pourra elle aussi être dégagée et reformulée à l'aide de multiples dictons, citations ou proverbes. L'enseignant pourra demander à l'élève de reformuler lui-même (tâche complexe) ou de choisir la citation qui lui parait la plus appropriée parmi une sélection qu'il aura opérée. 

Consultez ici la fin de l'histoire



ÉCRIRE

1. Ecrire la suite de la chanson (p. 136)
--> Afin de distraire les gardes, Jo et Pompom attirent leur attention en leur chantant une comptine visant à les narguer. À la suite de ces premières paroles, les élèves pourraient être amenés à poursuivre l'écriture de la chanson.


2. Inventer d'autres jeux de langue, à la façon d'un des personnages de l'histoire
--> L'enseignant pourra sélectionner quelques vignettes issues de l'album et encourager les élèves à s'essayer au détournement d'expressions figurées.



MISE EN RÉSEAU

D'autres albums de la littérature jeunesse abordent cette même thématique du récit initiatique en plongeant leur héros/héroïne dans un monde imaginaire peuplé de personnages étranges. Une lecture en réseau de ces différents albums pourrait être réalisée afin de sensibiliser et familiariser les élèves avec ce type de récit. 

Citons, entre autres : 
- Les Minuscules de Roald Dahl
- L'arbre sans fin de Claude Ponti
- Max et les Maximonstres de Maurice Sendak
- Madame Minuscule, collection Petit Poilu de Pierre Bailly et Céline Fraipont






Aurélie Cintori


Hypotexte : texte préliminaire du même auteur ou d'un autre, à partir duquel est dérivé le texte : https://www.universalis.fr/dic...

Paul ARON (dir.), article « récit initiatique »  in Le dictionnaire du littéraire, Paris, PUF, 2002.

Montreuil 2019 - le palmarès : https://slpjplus.fr/pepites/le...
   Angoulême 2020 - le palmarès : https://www.bdangouleme.com/pa...
   Bologne 2020 - le palmarès BD ( niveau intermédiaire) : http://www.bookfair.bolognafie...

Interview disponible à l'adresse suivante : https://www.actes-sud.fr/catal...

5 Pour en savoir plus sur l'autrice, consultez son blog à l'adresse suivante :  http://camillejourdy.canalblog...

Auteur

Aurélie Cintori

Maitre-assistante en français, didactique du français et philosophie. Intérêt particulier pour la lecture, la littérature jeunesse, les voyages, les activités culturelles et les balades.

Réagissez à cet article

Derniers articles

Pour les vacances

Accueil de Thomas Lavachery

Album (31) : « La chanson perdue de Lola Pearl : Hopper » de Davide Cali et Ronan Badel

Quelles stratégies pour lire le texte informatif ?

Exploiter le docu-BD en classe de français