« Green Book »: un film pour aborder les stéréotypes et la question de la discrimination raciale

Pistes didactiques pour une exploitation en classe.

Produit et réalisé en 2018 par Peter FARRELLY, Green Book est assurément un film à ne pas manquer. Ce biopic présente, en effet, de multiples qualités dont témoignent les nombreux prix qui lui ont été décernés en 2019 : oscar du meilleur film, oscar du meilleur scénario original, oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Mahershala ALI, etc. 

Basé sur une histoire vraie, Green Book plonge le spectateur dans l'Amérique des années 60, alors marquée par la ségrégation raciale, et joue allègrement avec ses émotions, le faisant passer de la révolte au rire et du rire aux larmes... Grâce à un scénario bien rythmé, à un casting de grande qualité (Viggo MORTENSEN et Mahershala ALI) et à un travail documenté sur les décors et la musique, FARRELLY nous livre une petite pépite à la fois profonde et touchante. 


Synopsis

En 1962, en pleine période de ségrégation raciale, Tony VALLELONGA, dit Tony LIP (ou Tony la tchatche dans la version traduite en français), père de famille italo-américain, se retrouve pour plusieurs mois sans emploi suite à la fermeture du club dans lequel il travaillait en tant que videur. Don SHIRLEY, un pianiste afro-américain de renommée mondiale, fait appel à ses services et l'engage comme chauffeur. 

Tony reçoit pour mission de véhiculer et protéger Don SHIRLEY tout au long d'une tournée de concerts organisée dans le sud du pays. Pour que ce périple se déroule sans trop d'encombres, les deux hommes doivent se référer au Green Book, un guide indiquant aux voyageurs de couleur les lieux où ils peuvent se rendre sans risquer d'être refusés, humiliés ou maltraités. Sans ce précieux ouvrage, ils risqueraient de violer les règles de la discrimination raciale, variables d'un état à l'autre, mais particulièrement implantées dans le sud. 

Ensemble, Tony et Don SHIRLEY, qui n'ont de prime abord aucun point commun, vont faire l'expérience d'un système législatif et social inégalitaire et profondément raciste. Ils devront tous les deux « dépasser leurs préjugés, oublier ce qu’ils considéraient comme des différences insurmontables, pour découvrir leur humanité commune »1.  


Exploiter Green Book en classe 

La thématique développée et les qualités intrinsèques au film évoquées plus haut font de Green Book un objet culturel particulièrement intéressant pour le cours de français. De plus, ce film fait partie de la sélection « Écran large sur tableau noir » du service pédagogique du centre culturel Les Grignoux2. Il fait donc l'objet d'un dossier pédagogique et peut être visionné en matinée scolaire. 


Les programmes et le Pacte pour un enseignement d'excellence accordent une place importante aux productions culturelles et artistiques, et invitent les enseignants à aller à leur rencontre en compagnie de leurs élèves. Il convient de sortir de l'école pour découvrir les lieux de création et/ou de diffusion de ces œuvres3.

Emmener ses élèves au musée, au théâtre ou au cinéma ne suffit cependant pas. Pour leur permettre de vivre pleinement l'expérience culturelle et d'apprécier les objets artistiques qui leur sont donnés à voir, il est nécessaire de les accompagner tout au long de leur parcours d'apprenti spectateur, d'apprenti lecteur d'œuvres audiovisuelles. 

Il s'agit donc pour l'enseignant qui souhaite regarder Green Book avec ses élèves d'outiller ceux-ci avant le visionnage, de manière à leur fournir des clés de lecture qui favoriseront leur compréhension et devraient dès lors leur permettre d'apprécier le film. Il s'agit aussi, après le visionnage, de proposer aux élèves une réelle exploitation du film, permettant à chacun d'affiner sa compréhension de l'œuvre, de se positionner par rapport à celle-ci et d'exprimer son ressenti. 


Pistes pour la préparation 

Préparer les élèves à visionner un film, c'est les aider à se mettre en projet, les amener à émettre des hypothèses en vue d'anticiper le contenu de l'œuvre, c'est également leur permettre d'acquérir les connaissances nécessaires à la compréhension de l'intrigue. 

L'activité de préparation au visionnage de Green Book pourrait s'articuler en plusieurs étapes : 

1. Montrer l'affiche du film aux élèves et les inviter à formuler des hypothèses sur le filmObservez l'affiche du film. Que représente-t-elle ? Selon vous, de quel sujet le film Green Book pourrait-il traiter ? Que pourrait-il raconter ? Quand se déroule l'intrigue ? Sur quels éléments vous basez-vous ? Justifiez vos réponses. 

À ce stade, l'enseignant pourrait consigner au tableau les hypothèses des élèves en vue d'y revenir plus tard. 

2. Distribuer à chaque élève la reproduction de la couverture d'une édition du Green Book et l'inviter à l'observer attentivementObservez attentivement l'image que vous avez reçue. Que voyez-vous ? Que représente cette image ? De quoi s'agit-il ?

Si les élèves ne disposent pas d'un niveau d'anglais suffisant pour comprendre ces couvertures, l'enseignant mettra à leur disposition des outils langagiers tels qu'un dictionnaire anglais-français ou une version traduite des documents. 


3. Former des groupes de manière à rassembler au sein de chacun de ceux-ci les différentes reproductions du Green Book et amener les élèves à confronter leurs images : Par sous-groupe, comparez vos images et partagez vos observations. Que constatez-vous ? 

4. Mettre en commun les observations des différents groupes et inviter les élèves à répondre à la question suivanteQu'est-ce que le Green Book ? 

Les élèves devraient ainsi pouvoir comprendre qu'ils ont face à eux les couvertures de différentes éditions d'un livre intitulé Green Book et que celui-ci est un « guide de voyage » destiné aux personnes de couleur amenées à se déplacer en voiture. Grâce à la quatrième couverture représentée ci-dessus, ils pourront identifier différentes informations reprises dans le guide : adresses d'hôtels, de restaurants, de garages, etc. La formule « for vacation without aggravation » les mettra sur la piste de l'objectif du guide : permettre aux voyageurs de couleur de voyager sans rencontrer de problèmes. 

5. Revenir sur les hypothèses initiales en vue de les affiner : l'enseignant projette à nouveau l'affiche du film et invite les élèves à évaluer et à affiner leurs hypothèses de départ (consignées au tableau) grâce à leurs récentes découvertes.

6. Faire visionner la bande-annonce aux élèves en veillant à leur donner une consigne d'écoute : l'enseignant peut par exemple inviter les élèves à se focaliser sur les personnages (Qui sont les deux personnages représentés sur l'affiche du film ? Quels liens entretiennent-ils l'un avec l'autre ?) et sur le contexte historique et social (L'intrigue du film se situe en 1962 aux États-Unis. Que se passe-t-il à cette époque ?).

Pour ne pas dénaturer l'œuvre, on recourra de préférence à la version originale sous-titrée en français, sauf si les élèves ne sont pas suffisamment habitués à regarder des films sous-titrés. 



À la suite du visionnage de la bande-annonce, les élèves partageront leurs observations.  

7. Fournir aux élèves des informations sur la ségrégation raciale. Afin d'affiner la compréhension des élèves, l'enseignant peut aborder avec eux de manière plus précise le contexte historique et social dans lequel l'intrigue du film est implantée. Il pourrait faire cela par le biais de textes informatifs. Le dossier pédagogique réalisé par « Écran large sur tableau noir » propose plusieurs textes accessibles qui apportent un éclairage sur différents aspects de ce contexte : une brève histoire du peuple afro-américain, un texte expliquant les actions menées par Robert F. KENNEDY et un texte centré davantage sur l'histoire de la musique afro-américaine. S'il ne fallait en lire qu'un des trois, on se tournerait vers le premier texte. 

L'enseignant pourra insister sur la durée de la ségrégation raciale en invitant notamment les élèves à identifier les dates des différentes éditions du Green Book et les indications de durée apparaissant sur les couvertures qu'ils ont analysées. 

8. Vérifier les connaissances des élèves et favoriser la mise en lien. Pour s'assurer que les élèves disposent des clés de lecture qui faciliteront leur compréhension du film, l'enseignant pourra clôturer l'activité de préparation en les invitant à expliciter les liens qu'ils font entre les différents éléments découverts depuis le début de l'activité. Il pourra notamment s'appuyer sur la formule accrocheuse qui apparait au bas de la couverture du Green BookExpliquez la formulation suivante imprimée sur la couverture du Green Book« Emporte ton Green Book avec toi, tu pourrais en avoir besoin. » Quel lien faites-vous avec le film ? 

Pistes pour l'exploitation 

Les activités d'exploitation visent à permettre aux élèves de dégager le sens global du film, de se positionner personnellement par rapport à celui-ci et d'établir des liens entre le film et la société dans laquelle ils vivent. 

1. Partager les impressions, réactions et appréciations. Dans un premier temps, il convient d'aménager un temps de partage des impressions, réactions et appréciations des élèves. L'enseignant choisira la méthodologie qui lui parait la plus adaptée à sa classe : discussion libre et spontanée, passage par l'écriture individuelle avant la mise en commun, recueil d'impressions sous la forme de mots-clés (post-it collés au tableau par les élèves), échange sur la base de scènes marquantes sélectionnées par les élèves, etc. 

2. Vérifier la compréhension du film. L'enseignant vérifiera la compréhension globale des élèves en leur demandant de résumer l'intrigue, de décrire les personnages, etc. De la première discussion émergeront certainement des questions liées à la compréhension du film. Il s'agira de tenter de répondre ensemble aux questions que les élèves se posent, en faisant appel à leurs compétences de lecture : ce que l'un n'a pas saisi, un autre l'a peut-être compris. L'enseignant pourra également demander aux élèves d'expliquer la citation suivante extraite du film : « Il faut du courage pour changer le cœur des hommes. » S'il dispose du matériel nécessaire pour projeter des extraits du film, il pourra aussi, au départ de l'une ou l'autre scène, amener les élèves à expliciter leurs démarches de lecture et d'interprétation. 

3. Aborder un angle d'exploitation spécifique. Plusieurs pistes d'exploitation sont envisageables. Les plus évidentes touchent aux stéréotypes et au racisme. Voici quelques idées pour aborder l'une et/ou l'autre de ces thématiques avec les élèves.  

a. Travailler et dénoncer les stéréotypes au départ d'images publicitaires : 

  • L'enseignant distribue plusieurs images publicitaires, anciennes et récentes, mettant en scène différentes représentations stéréotypées4 et invite les élèves à les observer par petits groupes : Par groupes, observez les images qui vous sont distribuées. Quel lien existe-t-il entre elles ? Quel lien existe-t-il entre ces images et le film Green Book ?
  • Il aborde avec les élèves les notions de « stéréotype » et de « préjugé ». 
  • Il invite les élèves à identifier les stéréotypes mobilisés dans le film. Pour ce faire, il peut au préalable sélectionner et résumer quelques scènes significatives. 
  • L'enseignant interroge les élèves sur l'intention du réalisateur : Quelle est la position du réalisateur à l'égard des stéréotypes présentés dans le film ? Que cherche-t-il à faire ? 
  • Par groupes, les élèves choisissent un stéréotype ancré dans la société actuelle, représenté ou non dans les images qui leur ont été distribuées en début d’activité, et imaginent une affiche de sensibilisation qui permettrait de dénoncer ou de déconstruire ce stéréotype.

b. Prendre conscience de l'évolution des deux personnages : 

  • Les élèves sont amenés à décrire et à interpréter le comportement des deux personnages principaux (qui laisse transparaitre leurs préjugés) à différents moments-clés de l'intrigue. Pour ce faire, l'enseignant leur propose de revenir sur différentes scènes et de consigner leurs observations dans un tableau. Parmi les passages sélectionnés, on pourrait trouver l'extrait montrant Tony en train de jeter les verres dans lesquels les ouvriers afro-américains ont bu, le premier trajet en voiture, la scène de la dégustation de poulet frit, l'échange autour de l'écriture de la première lettre pour Dolores, le repas de Noël, etc. 


  • Le tableau permettrait, dans un second temps, de prendre conscience de l'évolution des deux personnages. 

c. Rédiger une lettre pour Dolores : 

  • Avant le départ de Tony pour le sud, Dolores, sa femme, lui a fait promettre qu'il lui écrirait une lettre par jour. Avec l'aide de Don SHIRLEY, il gagne en assurance et améliore son style. L'enseignant pourrait dès lors amener les élèves à se mettre dans la peau de Tony en vue de rédiger la lettre qu'il enverrait à Dolores après un évènement marquant (par exemple la scène dans le bar, lorsqu'il retrouve Don SHIRLEY, blessé et maltraité par des Blancs). 
  • Dans cette lettre, l'élève, incarnant Tony, décrirait un ou plusieurs évènements de la journée et donnerait son point de vue sur celui/ceux-ci à ce moment de l'intrigue. 

d. Aborder la question du racisme dans la société actuelle : 

  • L'enseignant peut amener les élèves à réfléchir à la présence du racisme dans la société actuelle au moyen du texte Le racisme aux États-Unis à l'heure actuelle proposé au sein du dossier pédagogique réalisé par Les Grignoux. Il pourrait aussi partir d'articles de presse relatant des actes racistes et/ou des actions anti-racistes survenus aux États-Unis mais aussi chez nous.
  • Ces lectures pourraient donner lieu à une discussion-débat autour d'une question telle que, par exemple, « Où commence le racisme ? ».
  • L'enseignant pourrait également inviter les élèves à créer la couverture du Green Book tel qu'il pourrait exister aujourd’hui en choisissant une minorité victime de racisme ou de discriminations. 

Prolongements possibles

D'autres pistes d'exploitation sont envisageables. On pourrait par exemple proposer aux élèves une mise en réseau de textes (au sens large) abordant la question de la discrimination raciale (pendant et après la ségrégation). Il est assez aisé de trouver des œuvres littéraires ou audiovisuelles touchant à cette thématique. Il s'agira alors de faire dialoguer les textes pour affiner la connaissance et la compréhension du sujet traité. 

Les deux œuvres suivantes pourraient se prêter à cette mise en réseau : 

  • Sombre interlude de Fredric BROWN et Mack REYNOLDS 

Cette nouvelle de science-fiction, parue en 1951 en anglais sous le titre Dark Interlude, traite du racisme des Blancs du sud des USA à l'égard des personnes de couleur. Jan, un scientifique vivant dans le futur, effectue un voyage dans le temps. Il est envoyé 4000 ans en arrière en vue de comprendre comment vivaient les gens au XXe siècle. Il fera ainsi la douloureuse expérience du racisme. 

  • When They See Us 

Basée sur « l'affaire des Cinq de Central Park », cette série créée et réalisée par Ava DUVERNAY raconte l'histoire de cinq adolescents accusés à tort de viol au printemps 1989. Quatre d'entre eux sont noirs, le cinquième est hispano-américain. Ils ne se connaissent pas, aucune preuve ne les accable, mais ils seront pourtant condamnés...



En conclusion

Green Book est une œuvre cinématographique riche à bien des égards. Elle se prête à la fois au travail de lecture-compréhension de la production audiovisuelle et à la réflexion citoyenne autour des thématiques de la discrimination, du racisme et des stéréotypes sociaux. À découvrir et à faire découvrir aux élèves ! 

Anne-Catherine WERNER


1. http://www.allocine.fr/film/fi...

2. http://www.ecranlarge.be/fr/

3. Voir notamment Groupe central du Pacte pour un enseignement d’excellence. (7 mars 2017). Avis n°3. Bruxelles : Fédération Wallonie-Bruxelles, p. 101-107.

4. Quelques exemples sont proposés dans la galerie qui accompagne cet article. 

Auteur

Anne-Catherine Werner

Maitre-assistante en français, didactique du français, assistante de formation en didactique du français langue première (ULiège). Intérêt particulier pour la lecture, l'écriture, la langue française, le cinéma, le théâtre, la photographie et les arts plastiques.

Réagissez à cet article

Derniers articles

Lisez « Peste et choléra » de Patrick Deville

Le Prix Première Victor vous offre de courts récits d'auteurs belges à écouter !

Enseigner la lecture à voix haute à distance, c'est possible !

L'atelier d'écriture et l'enseignement explicite de l'acte d'écrire selon Lucy Calkins

Histoires confinées